Où réaliser vos travaux ?
Trouvez un artisan

Comment choisir sa VMC ?

       
         
5 votes (3.4/5)

Il existe 3 types de VMC qui correspondent à chaque besoin et à chaque budget, la VMC simple flux, la VMC double flux et VMC hygroréglable. Le point sur les différences des 3 modèles et nos conseils pour bien choisir une VMC afin de gagner en confort et en économie d’énergie.

Prix minimum Prix moyen Prix maximum
VMC simple flux autoréglable (pose comprise)420 €690 €960 €
VMC simple flux hygroréglable (pose comprise)600 €1140 €1680 €
VMC double flux (pose comprise)4200 €7500 €10800 €
Ces tarifs sont exprimés en Euros, toutes taxes comprises (TTC). Ils sont issus de moyennes de prix de divers sites internet de construction.

Comment choisir sa VMC ?

VMC double flux DR

VMC double flux DR

Installer une ventilation mécanique contrôlée (VMC) dans un appartement ou dans une maison individuelle, dans le neuf ou dans le cadre d’une rénovation, permet de renouveler l’air et de maintenir un taux d’humidité optimal dans le logement.

La qualité de l’habitat (absence de condensation, de moisissures…), la santé des habitants (élimination des polluants de l’air intérieur) et leur confort s’en trouvent améliorés. Mais comment choisir sa VMC ? Pour vous aider à prendre la bonne décision, vous trouverez dans cet article les différentes options disponibles, leurs avantages, leurs inconvénients et leurs coûts.

Bien choisir sa VMC : connaître les options

Les appareils de VMC peuvent être classés en trois catégories offrant des niveaux de confort différents mais nécessitant également un budget plus ou moins conséquent : la VMC simple flux dite autoréglable, la VMC simple flux hygroréglable également nommée VMX et la VMC double flux.

La ventilation mécanique contrôlée simple fait circuler l’air uniquement de l’intérieur vers l’extérieur, à l’aide d’une turbine ou d’un moteur à hélice. L’air extérieur pénètre dans le logement par des entrées d’air autonomes, généralement placées dans le cadre des fenêtres.

  • La VMC simple flux autoréglable fonctionne en continu. Elle assure un renouvellement permanent de l’air dans la maison. Un interrupteur offre parfois la possibilité de faire varier le débit, pour éliminer plus rapidement les odeurs de cuisine par exemple.
  • La VMC simple flux hygroréglable est plus sophistiquée. En effet, elle détecte l’humidité de l’air intérieur grâce à des membranes se dilatant sous l’effet de l’hygrométrie et ajuste son débit en conséquence.
  • La VMC double flux plus onéreuse maîtrise parfaitement le débit d’air entrant et sortant. De plus, celui-ci est chauffé en hiver et refroidi en été.

Bien choisir sa VMC : les bonnes questions à se poser

Dans le cadre d’une rénovation d’appartement ou de maison, la première question à se poser avant d’installer une VMC est celle de la faisabilité technique. En effet, la pose de VMC exige de pouvoir faire passer des gaines dans toute l’habitation. Pour que la VMC fonctionne efficacement, il sera également important de choisir un équipement parfaitement adapté à la taille et au nombre d’occupants du logement. Le dimensionnement de la VMC déterminera la longueur des gaines et le nombre de bouches d’aération.

Se pose également la question du budget. Une VMC simple flux est plus facile à installer et coûte jusqu’à 10 fois moins cher qu’une VMC double flux, mais contrairement à cette dernière, elle ne permettra pas de réaliser de réelles économies d’énergie.

Enfin, il va falloir choisir le poseur, électricien ou plombier. Comparer les devis d’artisans et d’entreprises de votre région aide à trouver le meilleur rapport qualité-prix. Pour trouver un professionnel compétent, se fier à la détention d’une qualification QUALIBAT, une qualification délivrée par un organisme indépendant, est une excellente option.

Bien choisir sa VMC : VMC simple flux

Le coût d’une VMC simple flux est peu onéreux. Elle est facile à installer car un seul réseau de gaines suffit. Mais, la ventilation mécanique simple flux ne filtre pas l’air extérieur, cet équipement reste donc à réserver aux environnements peu pollués. De plus, elle offre des capacités de ventilation moins importantes que les autres modèles et nécessite une bonne isolation acoustique pour éviter les troubles sonores.

La VMC simple flux hygroréglable est plus précise que la VMC simple flux autoréglable, car elle tient compte de l’hygrométrie de l’habitation. Il en existe deux modèles au principe de fonctionnement différent.

  • La VMC hygro À mesure l’humidité grâce aux bouches d’extraction.
  • La VMC hygro B mesure l’humidité également grâce aux bouches d’extraction ainsi que par les entrées d’air. Les pertes de chaleur sont moindres car le renouvellement de l’air intérieur ne se fait que si nécessaire.

Le prix d’une VMC simple flux autoréglable est estimé entre 350 et 800 € HT main-d’œuvre comprise. Le prix d’une VMC simple flux hygroréglable est, quant à lui, en moyenne compris entre 500 et 1 400 € HT, pose comprise.

Bien choisir sa VMC : VMC Double Flux

La ventilation mécanique contrôlée double flux est la plus onéreuse mais également la plus efficace. Elle convient parfaitement aux personnes souffrant d’allergies et de troubles respiratoires : ses filtres bloquent les pollens et autres polluants extérieurs. De plus, la VMC double flux, qui utilise les calories de l’air vicié pour chauffer ou refroidir l’air entrant, permet d’effectuer des économies conséquentes sur le chauffage. Les habitants du logement n’ont aucune sensation de courant d’air. Leur confort thermique s’en trouve amélioré.

  • Le prix de la VMC double flux est variable, selon la qualité des matériaux utilisés, selon le poseur et selon la surface à équiper. Il va de 3 500 à 9 000 € HT, pose et main-d’œuvre comprises.

Côté budget, n’oubliez pas que les filtres de la VMC double flux doivent être nettoyés au moins une fois par an. À défaut, le moteur va tourner à plein régime et faire exploser la facture d’électricité.

Bien choisir sa VMC : la question des aides

Le crédit d’impôt transition énergétique (CITE) et les primes des fournisseurs d’énergie ne bénéficient pas à l’installation d’une ventilation mécanique contrôlée dans une habitation. En revanche, une VMC performante peut être financée par un éco-prêt à taux zéro (éco-PTZ), si elle est installée dans un logement construit avant 1990. L’installation de la VMC doit se faire dans le cadre d’un bouquet de travaux, comme l’isolation thermique de la toiture. L’Agence Nationale pour l’Amélioration de l’Habitat (Anah) sous condition de ressources et les collectivités locales sont également susceptibles de verser des subventions.

L’installation d’une VMC dans le neuf ne donne droit à aucune aide et est taxée au taux normal de TVA soit 20 % actuellement. Dans les résidences principales et dans les résidences secondaires construites depuis plus de deux ans, les VMC les plus performantes sont taxées à 5,5 %, si elles sont installées par un artisan Reconnu Garant de l’Environnement (RGE).

Sommaire

Voir aussi


Vous êtes un professionnel

Opportunités de chantiers à saisir !

Être rappelé pour en profiter

Articles récents


Newsletter

Votre demande d'inscription a bien été prise en compte.

Professionnels du bâtiment

Nous avons des opportunités de chantiers pour vous !

Remplissez rapidement votre carnet de commandes avec des chantiers qui vous rapportent !

En savoir plus