Où réaliser vos travaux ?
Trouvez un artisan

Aides aux travaux de rénovation

         
         
2 votes (5/5)

Les aides au financement des travaux sont nombreuses et certaines peu connues. le point sur les aides disponibles qui vous permettront de réduire le montant de vos travaux de rénovation.

Prix minimum au m²Prix moyen au m²Prix maximum au m²
Plafond2 €51 €100 €
Toiture10 €255 €500 €
Sols12 €106 €200 €
Isolation toiture20 €160 €300 €
Magasin25 €88 €150 €
Façade25 €88 €150 €
Murs30 €40 €50 €
Électrique80 €130 €180 €
Cuisine100 €550 €1000 €
Maison/Appartement200 €850 €1500 €
Bureaux300 €400 €500 €
Ces tarifs sont exprimés en Euros, toutes taxes comprises (TTC). Ils sont issus de moyennes de prix de divers sites internet de construction.

Prix de la rénovation de maison/appartement au m²

Localité : National

Coût moyen

850 €

Fourchette de dépenses moyennes

525 € - 1175 €

Coût minimum

200 €

Coût maximum

1500 €

Aides aux travaux de rénovation

Aides aux travaux Travaux.com

Aides aux travaux ©Travaux.com

Les travaux de rénovation des maisons et copropriétés bénéficient de nombreuses aides, principalement dans le domaine énergétique. Ces aides d’État à la rénovation ainsi que leurs modalités d’attribution sont parfois méconnues. Elles permettent néanmoins de diminuer considérablement le coût final de la réhabilitation de votre habitation. Ainsi, le montant du crédit d’impôt s’élève à 30 %. L’éco-PTZ apporte un financement à hauteur de 30 000 euros. Pour vous aider à maîtriser votre budget rénovation, nous vous proposons un point sur les différentes aides aux travaux de rénovation énergétique existantes.

Aides aux travaux de rénovation : le Crédit d’Impôt pour la Transition Énergétique (CITE)

Le CITE permet de déduire jusqu’à 30 % des dépenses réalisées pour améliorer la performance énergétique d’un logement construit depuis plus de deux ans. Pour en bénéficier, votre bien doit obligatoirement être une résidence principale. Seuls certains travaux réalisés avec des matériaux hautement performants et par un artisan reconnu garant de l’environnement (RGE) donnent droit à ce coup de pouce fiscal de l’État. Cette aide aux travaux de rénovation est plafonnée à 8 000 euros pour une personne, 16 000 euros pour un couple plus 400 euros par personne à charge.

Le crédit d’impôt pour la transition énergétique bénéficie aux foyers fiscaux imposables ou non imposables. Dans ce cas ou si le montant du crédit est supérieur au montant de l’imposition, l’administration fiscale effectue un remboursement du montant correspondant. Le gouvernement a annoncé que ce dispositif disparaîtra en 2019 pour être remplacé par une prime aux travaux de rénovation versée au moment des travaux.

Aides aux travaux de rénovation : l’éco-prêt à taux zéro (éco-PTZ)

L’éco-prêt à taux zéro (éco-PTZ) est délivré aux propriétaires occupants ou bailleurs. Il bénéficie également au syndicat de copropriétaires ou au copropriétaire pour sa quote-part de travaux. Les travaux de rénovation financée doivent dans tous les cas avoir lieu dans une résidence principale construite avant le 1er janvier 1990. Ce prêt sans intérêt est plafonné à 30 000 euros.

Cette aide aux travaux de rénovation énergétique permet de financer sans intérêt certains travaux définis par le gouvernement et réalisés par un artisan RGE. Pour pouvoir bénéficier de l’éco-PTZ, vous devrez ainsi réaliser au moins deux actions prévues dans une liste de travaux concourant à améliorer la performance énergétique du logement, comme installer un équipement de chauffage fonctionnant avec une énergie renouvelable et mettre en œuvre une isolation thermique de la toiture, par exemple. Il peut également s’agir de réhabiliter votre système d’assainissement non collectif par des dispositifs ne consommant pas d’énergie. Autre solution pour pouvoir prétendre à l’éco-PTZ : si votre maison ou votre appartement a été construit après le 1er janvier 1948, les travaux permettant d’atteindre une performance énergétique minimale validée par une étude thermique sont également finançables.

Aides aux travaux de rénovation : TVA à 5,5 %

Le taux de TVA réduit à 5,5 % au lieu du taux normal de 20 % s’applique pour les travaux de rénovation énergétique. Ces travaux doivent respecter des caractéristiques techniques et des critères de performances minimales et être réalisés par un artisan RGE. Les travaux induits de dépose des radiateurs et des sols sont également concernés. Le taux de 5,5 % s’applique sur la main-d’œuvre et sur les fournitures achetées auprès de l’intervenant.

Les bénéficiaires de cette aide aux travaux de rénovation énergétique peuvent être propriétaire occupant ou bailleur, locataire et même l’occupant à titre gratuit d’une résidence principale ou secondaire à usage d’habitation construite depuis plus de deux ans.

Aides aux travaux de rénovation : les aides de l’Anah

L’agence nationale pour l’amélioration de l’habitat (Anah) est un organisme public. Cette agence aide les propriétaires aux faibles revenus et les copropriétés en difficulté à réaliser des travaux. Elle est susceptible d’intervenir aussi bien pour la réhabilitation d’un logement vétuste que pour lutter contre la précarité énergétique. Elle dispense également des aides aux travaux de rénovation pour aménager le logement d’une personne à mobilité réduite.

L’Anah aide aussi bien les propriétaires occupants que les propriétaires bailleurs. Les aides aux travaux de rénovation sont accordées sous conditions de ressources déterminées selon la taille du foyer et le lieu d’habitation. Ainsi, un foyer de trois personnes vivant en Ile-de-France est considéré comme modeste si son revenu fiscal ne dépasse pas 43 086 euros. Cependant, les aides de l’Anah ne sont jamais systématiques. La décision d’attribution est, en effet, prise en fonction des priorités locales et nationales.

Travaux de rénovation : les aides des fournisseurs d’énergie

Les aides aux travaux de rénovation des fournisseurs d’énergie interviennent dans le cadre des Certificats d’Économie d’Énergie (CEE). Ce dispositif impose aux fournisseurs de faire réaliser des économies d’énergie à leurs clients.

Les aides s’adressent aussi bien aux propriétaires qu’aux locataires. Elles sont cumulables avec les aides de l’État pour la rénovation énergétique telles que le CITE et le prêt à taux zéro. À noter toutefois, seuls les travaux respectant des exigences de performance minimale et réalisés par un entrepreneur RGE bénéficient de ces subventions. Les particuliers sont souvent sollicités directement par les fournisseurs d’énergie dans le cadre d’une démarche commerciale mais ils peuvent également s’adresser directement à l’un d’eux.

Aides aux travaux de rénovation : collectivités locales et régionales

Des aides au niveau local sont versées pour améliorer la performance énergétique ou pour améliorer l’accessibilité des logements. Ces aides aux travaux de rénovation prennent la forme d’une subvention ou d’un prêt préférentiel. Elles sont éventuellement cumulables avec les aides nationales. Toutes les collectivités locales sont susceptibles d’intervenir pour alléger la facture des prix rénovation énergétique, tarif rénovation énergétique, coût rénovation énergétique.

Travaux de rénovation : conseils régionaux, conseils généraux, communauté de communes et communes. Aucun organisme ne centralise les informations sur ces différentes subventions locales. Vous allez donc devoir vous adresser à chaque échelon administratif pour connaître vos droits, ou vous renseignez directement auprès d’un Espace info-énergie.

Travaux de rénovation : exonération de taxe foncière

L’État offre la possibilité aux mairies d’accorder une exonération de la taxe foncière totale ou partielle aux foyers ayant réalisé des travaux de rénovation de leur logement. La durée d’exonération est de 5 ans. Cette aide de l’État aux travaux de rénovation est cumulable avec les autres aides nationales. Cette exonération est laissée à la discrétion de la mairie du lieu où se situe le bien immobilier rénové.

Les travaux susceptibles de donner droit à exonération de la taxe foncière sont les mêmes que ceux ouvrant droit au CITE. Le montant de ces travaux doit être de 10 000 euros par logement pendant l’année précédant l’exonération ou de 15 000 euros au cours des trois dernières années. Le logement doit être achevé depuis 1989. Si votre commune est concernée, vous devrez remplir une déclaration au centre des finances publiques.

Sommaire

Voir aussi


Vous êtes un professionnel

Opportunités de chantiers à saisir !

Être rappelé pour en profiter

Articles récents


Newsletter

Votre demande d'inscription a bien été prise en compte.

Professionnels du bâtiment

Nous avons des opportunités de chantiers pour vous !

Remplissez rapidement votre carnet de commandes avec des chantiers qui vous rapportent !

En savoir plus