Où réaliser vos travaux ?
Trouvez un artisan

Comment trouver un maçon ?

       
         
6 votes (3.7/5)

Les travaux de maçonnerie nécessitent un grand savoir-faire et une maîtrises de plusieurs techniques. Le tarif horaire d’un maçon va de 40 € à 72 € selon les travaux à effectuer, mais certaines prestations seront facturées au m² voire au forfait.

Le maçon

Travaux de maçonnerie

Travaux de maçonnerie

Le maçon intervient dans des travaux de réhabilitation comme la construction de bâtiment, au cours des diverses étapes qui rythment le chantier. Il est ainsi susceptible d’intervenir dans la démolition, ainsi qu’au cours de la réalisation du gros œuvre et du second œuvre. Le maçon conseille sur les matériaux pertinents en considérant vos attentes, qu’elles soient esthétiques ou relatives aux performances énergétiques, mais prendra aussi en compte les contraintes telles que les conditions climatiques. Les travaux de maçonnerie nécessitent un grand savoir-faire et une maîtrises de plusieurs techniques. Le tarif horaire d’un maçon va de 40 € à 72 €, mais certaines prestations seront facturées au m² voire au forfait.

  • Le tarif horaire d’un maçon de 40 € à 72 €,
  • Prix de pose d’un mur en parpaing entre 50 € et 120 € du m2 pose comprise,
  • Prix de pose d’un mur en briques entre 30 € 60 € du m2 l
  • L’installation de fondations semi-profondes de 110 € à 190 € du m2
  • L’installation de fondations profondes entre 200 € et 240 € du m2
  • Coulage d’une dalle en béton sans chape de 50 € à 70 € du m2
  • Coulage d’une dalle avec chape de 130 € du m2 à 220 € du m2
  • Ouverture d’un mur entre 1 500 € et 2000 €.
  • Démolition d’une cloison entre 20 € et 80 € au m3
  • Remise en état d’un monument en pierre entre 10 000 € et 50 000 €

Pourquoi faire appel à un maçon ?

Les parties d’un chantier qu’un maçon prend en charge sont cruciales en termes de solidité de l’édifice. Faire appel à un maçon professionnel est donc un gage de sécurité. En outre, il travaille avec des matériaux différents, parfois complexes à manipuler du fait de leur poids ou de leur nature. Son expertise vous sera précieuse pour obtenir une réalisation qui soit à la hauteur de vos attentes, qui soit faisable et qui rentre dans le budget imparti.

Passer par un maçon professionnel permet non seulement de se prémunir d’une réalisation amateur mais aussi d’envisager des options que seul un professionnel expérimenté pourra imaginer, selon l’état du logement et les contraintes budgétaires.

Les tâches du maçon

Sur un chantier, le maçon intervient dès l’étape du gros œuvre, c’est-à-dire l’étape durant laquelle seront effectuées toutes les opérations qui permettent à une construction de supporter son propre poids et de résister aux conditions climatiques. Les travaux de maçonnerie de gros œuvre ont lieu en amont de nombreuses opérations : leur qualité et leur solidité sont donc cruciales.

En matière de gros œuvre, les maçons prendront en charge les tâches suivantes :

  • les fondations
  • le terrassement
  • le soubassement
  • l’assainissement, c’est-à-dire raccordement au tout-à-l’égout ou création d’un système individuel d’évacuation des eaux usées
  • la superstructure
  • La création de murs et de planchers porteurs
  • La mise en place de poteaux et de poutres
  • La démolition de murs porteurs et semi-porteurs
  • La mise en place de la toiture

Les tarifs moyens constatés concernant les interventions classiques d’un maçon sont les suivantes : 

  • Ainsi, pour la pose d’un mur en parpaing, il faudra compter entre 50 € et 120 € du m² pose comprise, et entre 30 € et 60 € du m² pour la pose d’un mur en briques. La variation du prix dépend de la difficulté de la pose ainsi que du type de briques choisi : creuse, rouge, monomur, réfractaire.
  • Si vous souhaitez ouvrir un mur, il faudra compter entre 1 500 € et 2 000 €.
  • Pour démolir une cloison et agrandir un espace intérieur, il faudra régler entre 20 € et 80 € au m3, selon qu’il s’agit d’une cloison simple, d’un mur semi-porteur ou d’un mur porteur.
  • Dans le cas des fondations, le prix varie notamment en fonction de leur profondeur. Ainsi, des fondations semi-profondes reviendront de 110 € à 190 € du m², tandis que des fondations profondes seront facturées entre 200 € et 240 € du m². Plus le bâtiment est lourd (ce qui dépend du nombre d’étages et des matériaux utilisés), plus les fondations doivent être profondes. Les tâches relatives au gros œuvre prennent en général plusieurs semaines, compte-tenu de l’ampleur des travaux à réaliser.

On surestime parfois le nombre de personnes nécessaires à la réalisation de certains ouvrages. Ainsi, un seul maçon peut être sollicité pour construire une dépendance ou un garage, c’est-à-dire des structures peu complexes qui ne nécessitent pas une grande équipe d’artisans.

Concernant le second œuvre, qui ne peut, par définition, n’avoir lieu que lorsque le gros œuvre a été finalisé ou dans le cadre d’une réhabilitation sans gros œuvre, les maçons sont qualifiés pour réaliser entre autres les tâches suivantes :

  • la pose de cloisons
  • la mise en place de plafonds
  • la pose de matériaux d’isolation
  • Le coulage de chape ou de dalle
  • la construction de cheminées
  • La mise en place des huisseries
  • La pose de planchers non porteurs

Lorsqu’il s’agit des tarifs horaires du maçon ou des tarifs au m² des tâches de second œuvre, les prix généralement rencontrés sont les suivants :

  • Dans le cas d’une dalle en béton coulée en intérieur, le prix varie selon qu’une chape est nécessaire ou non : une dalle en béton sans chape reviendra à 50 € minimum et 70 € maximum du m², tandis qu’une dalle avec chape reviendra à au moins 130 € du m²et pourra coûter jusqu’à 220 €.

Les tâches concernant l’étape du second œuvre sont en général réalisées en quelques heures de travail. Si vous souhaitez que les travaux soient réalisés rapidement, car vous souhaitez vendre le bien par exemple, n’hésitez pas à attirer l’attention de l’artisan sur ce point : il saura peut-être vous suggérer des aménagements vous évitant par exemple des travaux de gros œuvre, plus chronophages.

Enfin, les maçons proposent également souvent des prestations qui relèvent de la finition comme la pose de revêtements, d’enduits, de crépis, etc.

Comment trouver un maçon qualifié ?

Lorsque votre projet sera assez défini pour trouver un maçon, celui-ci procédera à la remise d’un devis et vous fournira les éléments nécessaires pour affiner votre projet :

  • performances thermiques,
  • rendu esthétique,
  • impossibilité d’utiliser un matériau particulier,
  • suggestions pour opter pour des options moins onéreuses,
  • durée prévisionnelle des travaux.

Certaines tâches pourront être décalées dans le temps si les conditions météorologiques ne sont pas idéales. Une chape en béton par exemple ne doit pas sécher trop vite, sous peine de voir apparaître des fissures. En revanche, s’il pleut lorsqu’elle vient d’être coulée, la pluie est susceptible de laisser des marques, ce qui peut être inesthétique si la chape a vocation à être visible.

Lorsque l’on recherche un maçon, on peut s’appuyer sur les labels et les certifications. Ainsi, si le projet de travaux est éligible aux crédits d’impôts, il faudra les faire réaliser par un maçon certifié RGE (Reconnu Garant de l’Environnement). On peut également mentionner le label Qualibat, décerné par organisme français de qualification et de certification des entreprises du bâtiment.

Le bouche à oreille et les recommandations de personnes de votre entourage sont également bonnes à prendre. Les sites spécialisés dédiés aux travaux d’intérieur et d’extérieur sont aussi une source de références précieuses : notations, possibilité de solliciter plusieurs devis pour comparaison… Lorsque l’on examine plusieurs devis, il faut être attentif à comparer les prestations mentionnées. Par exemple, tous les devis mentionnent-ils l’évacuation des gravats s’il s’agit d’une démolition ? Enfin, n’hésitez pas à demander au maçon des exemples de ses réalisations précédentes, voire à contacter les personnes qui ont fait appel à lui pour avoir un retour.

Pour éviter toutes mauvaises surprises à court-terme comme à long-terme, il faut demander au maçon ses références d’assurance, qu’il s’agisse de l’assurance de responsabilité civile qui vous couvrent pour les dommages qui auraient lieu au cours du chantier ou de la garantie décennale qui vous protègent pour les dix ans à venir des malfaçons potentielles.

Comment trouver un maçon : questions fréquentes

Dans le cadre de la rénovation d’un monument ancien, dois-je faire appel à un maçon ?

Si vos travaux concernent un bâtiment ancien, à caractère historique voire classé, il faudra identifier des artisans maçons spécialisés. En effet, ce type de restauration demande un savoir-faire particulier et une maîtrise de matériaux qui ne sont plus utilisés couramment ou qui demandent des traitements bien particuliers. En outre, ces bâtiments peuvent être soumis à des règles de rénovation particulière, interdisant l’utilisation de certains matériaux par exemple. Cette expertise se retrouve dans le prix de la prestation. Ainsi, la remise en état d’un monument en pierre sera facturée entre 10 000 € et 50 000 €.

Quelles-sont les règles à respecter en matière de maçonnerie ?

Il est très possible que vos travaux de maçonnerie nécessitent au moins une déclaration préalable, voire un permis de construire. La première démarche à effectuer est de consulter le PLU, le plan local d’urbanisme, qui définit dans votre commune les matériaux utilisables ou les couleurs autorisées en extérieur par exemple. On peut aussi consulter le plan d’occupation des sols, notamment dans le cadre d’une extension de surface. Les règles de déclaration et les normes à respecter dépendant du type de travaux. Ainsi, aucune démarche n’est nécessaire pour mise en place de murs de soutènement ou de murs de moins de 2 mètres de haut.

Comment bénéficier d’un taux de TVA réduit pour ses travaux de maçonnerie ?

Si vos travaux concernent du neuf ou un logement qui a été construit il y a moins de deux ans, le taux de TVA appliqué sera le taux plein de 20 %. De même, les travaux de surélévation ou les agrandissements ajoutant plus de 10 % à la surface habitable, ainsi que les travaux remplaçant au moins la moitié du gros œuvre (fondations, murs porteurs…) ou de plus de deux tiers du second œuvre (huisseries, planchers non porteurs…) sont soumis au taux de TVA à 20 %.

Dans le cas contraire,  qu’il s’agisse d’un logement principal ou d’un logement secondaire, le temps de travail ainsi que le matériel utilisé seront soumis au taux réduit de 10 % si les travaux (et les achats de matériel) sont engendrés par un professionnel, sachant que ses compétences lui permettront de réaliser parfaitement les tâches demandées et qu’elles seront protégées par la garantie décennale.

Sommaire

Voir aussi


Vous êtes un professionnel

Opportunités de chantiers à saisir !

Être rappelé pour en profiter

Articles récents


Newsletter

Votre demande d'inscription a bien été prise en compte.

Professionnels du bâtiment

Nous avons des opportunités de chantiers pour vous !

Remplissez rapidement votre carnet de commandes avec des chantiers qui vous rapportent !

En savoir plus