Où réaliser vos travaux ?
Trouvez un artisan

Chauffage et crédit d’impôt

       
         
8 votes (4.1/5)

L’État a mis en place de nombreuses aides pour inciter les particuliers à effectuer des travaux de rénovation énergétique et notamment à changer leur ancien chauffage souvent énergivore.

Prix minimum Prix moyen Prix maximum
Insert de cheminée1100 €3300 €5500 €
Chaudière gaz à condensation3200 €5600 €8000 €
Chaudière basse température3300 €5500 €7700 €
Poêle à buches3300 €5500 €7700 €
Poêle à granulés3600 €10600 €17600 €
Chaudière fioul basse température4400 €6700 €9000 €
Chaudière fioul à condensation5500 €9350 €13200 €
Pompe à chaleur air-eau11000 €15400 €19800 €
Chaudière bois à granulés13200 €20350 €27500 €
Chauffage solaire 18000 €25500 €33000 €
Pompe à chaleur géothermique22000 €38500 €55000 €
Ces tarifs sont exprimés en Euros, toutes taxes comprises (TTC). Ils sont issus de moyennes de prix de divers sites internet de construction.

Prix d'une chaudière basse température

Localité : National

Coût moyen

5500 €

Fourchette de dépenses moyennes

4400 € - 6600 €

Coût minimum

3300 €

Coût maximum

7700 €


Chauffage et crédit d’impôt

Crédit d'impôt Ministère de l'économie et des fiances

© Ministère de l’économie et des fiances

L’État a mis en place un ensemble d’aides pour inciter les particuliers à effectuer des travaux de rénovation énergétique et notamment à changer leur ancien chauffage souvent énergivore. Le montant de ces aides « changement de chauffage » n’est pas négligeable : 30 % de crédit d’impôt chauffage via le crédit d’impôt de transition énergétique (CITE), un éco-prêt à taux zéro jusqu’à 30 000 euros, des primes énergies de plusieurs milliers d’euros.

Pour vous permettre de diminuer la facture de votre nouveau chauffage, nous vous proposons dans cet article un tour d’horizon des différents dispositifs.

Chauffage aides et crédit d’impôt : critères d’éligibilité

Le crédit d’impôt chauffage 2 018 est réservé aux systèmes les plus performants en matière d’économie d’énergie. Il s’agit des chaudières à haute performance énergétique individuelles ou collectives, les pompes à chaleur géothermiques et air-eau, les appareils de chauffage au bois et autres biomasses, les chaudières à micro-cogénération gaz et enfin les appareils de chauffage fonctionnant à l’énergie hydraulique. Le CITE pour les chaudières à haute performance énergétique fonctionnant au fioul prendra quant à lui fin, au 30 juin 2018.

L’éco-PTZ, permet de financer un équipement de chauffage performant ou fonctionnant avec une énergie renouvelable (énergie solaire ou hydraulique).

Dans tous les cas, les travaux d’installation du nouveau chauffage devront être effectués par un artisan reconnu garant de l’environnement (artisan RGE).

Chauffage aides et crédit d’impôt : CITE

Pour bénéficier du crédit d’impôt chauffage, le nouveau chauffage doit être installé dans votre habitation principale achevée depuis plus de deux ans. Il peut s’agir d’une maison ou d’un appartement dans un immeuble collectif. Vous pouvez en être propriétaire occupant, locataire ou même résidant à titre gratuit.

Le dispositif du crédit d’impôt vous est accessible quel que soit le montant de vos revenus. Si vous êtes non imposable ou si le montant du crédit est supérieur à votre impôt, l’administration fiscale émet un remboursement.

Le montant du crédit d’impôt « chauffage » correspond à 30 % des dépenses éligibles. Pour les chaudières fioul à haut rendement, il n’est que de 15 % avec un arrêt programmé au 30 juin 2018.

Parmi les équipements pris en charge par le crédit d’impôt chauffage, on trouve les chaudières et systèmes suivants estimés de la sorte :

  • Chaudière basse température : son prix est en moyenne compris entre de 3 000€ et 7 000€ HT ;
  • Chaudière fioul à condensation : entre 5 000€ et 12 000€ HT, pose comprise.
  • Chaudière gaz à condensation : environ 3 200€ HT.
  • Chaudière fioul basse température : compris entre 4 000€ et 8 000€ HT pose comprise ;
  • Chaudière bois à granulés : entre 12 000€ et 25 000€ HT ;
  • Poêle à bûches : entre de 3 000€  à 7 000€ HT pose comprise.
  • Poêle à granulés de bois : entre 3 000€ et 16 000€ HT ;
  • Insert de cheminée : entre 1 000€ à 5 000€ HT ;
  • Pompe à chaleur air-eau : entre 10 000€ à 18 000€ HT pose comprise ;
  • Pompe à chaleur géothermique : entre 20 000€ et 50 000 €  HT pose comprise ;
  • Le prix d’un chauffage solaire est très variable, il dépendra de la technologie choisie de la surface, du matériel, de l’exposition des panneaux solaires, du système de pose des panneaux solaires et de la zone géographique. Il est en moyenne compris entre 16 500€ HT et plus de 30 000 € HT pour certaines installations.

À noter qu’un plafond est fixé pour le crédit d’impôt de transition écologique : il atteint 8 000€ pour une personne seule, 16 000€ pour un couple avec une majoration de 400€ par personne à charge.

Ce plafond est estimé sur une période de 5 ans et prend en compte l’ensemble des travaux éligibles au CITE. Le CITE « chauffage » devrait disparaître en 2019 au profit d’une prime versée à la fin des travaux.

Chauffage aides : Eco-PTZ

L’éco-prêt à taux zéro est un prêt accordé aussi bien aux propriétaires occupants qu’aux bailleurs. Il bénéficie aux personnes vivant en maison individuelle ou dans une copropriété. Il doit s’agir d’une résidence principale achevée avant le 1er janvier 1990.

Les travaux de chauffage utilisant une source d’énergie renouvelable et sont à réaliser dans le cadre d’un bouquet de travaux. C’est-à-dire qu’en plus d’installer un nouveau système de chauffage, vous allez effectuer au moins une autre rénovation thermique : équipements de production d’eau chaude sanitaire fonctionnant avec une source d’énergie renouvelable, isolation thermique de la toiture, isolation thermique d’au moins 50 % des murs extérieurs, isolation de 50 % et plus des fenêtres le tout combiné avec le remplacement des portes extérieures.

Si votre bien immobilier a été construit après le 1er janvier 1948, vous pouvez vous contenter de l’installation d’un nouveau chauffage fonctionnant aux énergies renouvelables si ce dernier permet d’améliorer la performance énergétique globale : 150 kWh par m² et par an si la consommation d’énergie du logement avant travaux était supérieure ou égale à 180 kWh/m²/an ou 80 kWh par m² et par an si la consommation était inférieure à ce seuil.

Chauffage aides : TVA à 5,5 %

La TVA à taux réduit à 5,5 % s’applique sur les travaux de chauffage éligibles au crédit d’impôt chauffage et aux travaux induits, comme le déplacement des radiateurs. Il faut que le logement soit achevé depuis plus de deux ans. Il peut s’agir de votre résidence principale ou de votre résidence secondaire.

La TVA à 5,5 % sur le chauffage performant bénéficie au propriétaire occupant, au propriétaire bailleur, au syndicat des copropriétaires, au locataire, à l’occupant à titre gratuit et à une SCI (société civile immobilière).

Cette taxation à 5,5 % est appliquée sur le matériel et sur la main-d’œuvre. Les pompes à chaleur ai-air exclues du CITE sont, quant à elles, taxées au taux de 20 %. Mais, les frais d’installation par un professionnel relèvent du taux intermédiaire de 10 %.

Chauffage et aides de l’Anah

L’Agence nationale de l’amélioration de l’habitat (Anah) verse des aides pour la mise en place d’un chauffage performant. Ces aides sont cumulables avec le CITE « chauffage ». Ainsi, dans le cadre de son programme « Habiter mieux », elle verse aux propriétaires occupants les plus modestes, une subvention pouvant aller jusqu’à 50 % des travaux et dans la limite de 10 000€.

Les seuils de revenus dépendent de la composition du foyer et du lieu d’habitation. Le logement doit être construit depuis plus de 15 ans.

L’Anah aide également les copropriétés en difficultés à installer un chauffage économe en énergie. L’attribution se fait après étude d’un dossier.

Chauffage aides : primes énergies

Les primes énergies « chauffage » non cumulables avec les aides de l’Anah sont versées par les fournisseurs d’énergie. L’installation du chauffage doit se faire dans votre résidence principale ou secondaire construite depuis plus de deux ans. La demande s’effectue auprès du distributeur d’énergie de votre choix.

Les équipements éligibles à la prime énergie chauffage doivent atteindre un certain degré de performance. Ainsi, les chaudières gaz ou fioul à condensation doivent avoir une puissance thermique au moins égale à 70 kW et une efficacité énergétique saisonnière supérieure ou égale à 90 %.

Les chaudières bois ou à granulés bois ont une classe 5 ou bénéficient du Label Flamme Verte. Les poêles à bois, les différentes pompes à chaleur et les inserts de cheminée avec un bon rendement sont également subventionnés par les fournisseurs d’énergie.

Sommaire

Voir aussi


Poster un commentaire

Une question ? Une réaction à cet article ? N'hésitez pas à laisser votre message ci-dessous:

Champs obligatoire

Vous êtes un professionnel

Opportunités de chantiers à saisir !

Être rappelé pour en profiter

Articles récents


Newsletter

Votre demande d'inscription a bien été prise en compte.

Professionnels du bâtiment

Nous avons des opportunités de chantiers pour vous !

Remplissez rapidement votre carnet de commandes avec des chantiers qui vous rapportent !

En savoir plus