Accueil > Travaux > Sols souples > Les fibres végétales

Les fibres végétales

Relativement nouveaux sur le marché des sols souples, les revêtements en fibres végétales sont le symbole du dynamisme de la recherche et de l’innovation du secteur. Coco, jonc de mer ou sisal sont des produits de techniques différentes que leur prix modéré et un aspect rustique, mais chic, rendent très attractifs.

Les fibres végétalesLe coco est fabriqué à partir de la fibre entourant l’écorce de la noix de coco. C’est la fibre végétale la moins chère (à partir de 7 euros/m²). Elle est très résistante, convient aussi bien pour les pièces à fort passage ou les escaliers que pour les grandes pièces, où elle fait très bon effet. Le coco n’absorbe pas la poussière. Mais attention aux taches : il ne se nettoie pas à l’eau.

[pub]Le jonc de mer, lui, est un chaume qui pousse dans les estuaires d’eau douce ou de mer. On le met en torsade, puis on le tisse avant de l’enduire de sa sous-couche de latex. Quasi-imperméable, il ne tache pas et convient pour les salles de bains et les cuisines. Il faut l’humidifier régulièrement pour qu’il garde son élasticité.

Les fibres végétalesLe sisal, enfin, provient des feuilles de l’agave, plante subtropicale d’Amérique du Sud. Les fibres, longues et faciles à tisser, permettent de multiplier les types de tissage. Le sisal est pratiquement imperméable et repousse les taches. Au toucher, il est doux et s’adapte à toutes les pièces, sèches ou humides. On le trouve en différents coloris.

Certains fabricants mêlent les fibres végétales pour multiplier les possibilités de motifs et de performances. Ainsi, on peut trouver des revêtements en sisal et laine, ou en sisal et papier. Toutes les fibres végétales requièrent impérativement la pose par un professionnel.

Les fibres végétalesIl convient de noter que les produits ci-dessus ne sont sans doute que les premiers à apparaître sur le marché. En effet, des créateurs de textiles, également sensibles comme le reste de la société, aux grands thèmes du moment (nature, écologie et développement durable) se réapproprient nombre de matières naturelles comme le lin et le coton bien sûr mais aussi telles que le raphia et le chanvre. Une jeune créatrice, Elodie Brunet, a poussé la logique encore plus loin en donnant naissance à une collection de textiles écologiques, tissés aux Philippines, utilisant des fibres de soie et d’ananas, mêlées à la plus robuste et rigide fibre d’abaca. On pourrait citer également le crin de cheval, voire la paille. Il s’agit à ce jour de créations artisanales mais ne soyez pas étonnés si, au fil de vos recherches, vous tombez sur de tels produits. Et si le marché répond positivement, les fabricants ne seront pas long à se lancer sur le marché

Commentaires

1


  • geraldo Publié le

    que dire des nouvelles fibres végétales en expérimentation?

  • Poster un commentaire

    Une question ? Une réaction à cet article ? N'hésitez pas à laisser votre message ci-dessous:

    Champs obligatoire

    Vous êtes un professionnel

    Opportunités de chantiers à saisir !

    Être rappelé pour en profiter

    Articles récents


    Demandez un crédit travaux

    Newsletter

    Votre demande d'inscription a bien été prise en compte.

    Professionnels du bâtiment

    Nous avons des opportunités de chantiers pour vous !

    Remplissez rapidement votre carnet de commandes avec des chantiers qui vous rapportent !

    En savoir plus

    scroll