Accueil > Travaux > Isolation > Les isolants thermiques traditionnels

Les isolants thermiques traditionnels

Plusieurs matériaux ont la capacité d’isoler contre le froid ou la chaleur : le polystyrène, le polyuréthane, les laines minérales. Sans oublier le verre des fenêtres qui contribue largement à la bonne isolation d’un bâtiment.

Les isolants thermiques traditionnelsLes laines minérales : Qu’elles soient de verre ou de roche, il s’agit des isolants les plus fréquemment utilisés. La laine de verre est obtenue par fusion et soufflage de verre, tandis que la laine de roche est tirée du traitement de roches volcaniques, principalement du basalte. Les laines minérales s’appliquent pour tous types de travaux d’isolation : parois, planchers, combles perdues, combles aménagées, toitures… Elles se présentent également sous différentes formes, en vrac (pour les combles perdus et les murs creux), en rouleau (toitures et combles, de moins en moins pour les murs) ou sous forme de panneaux (murs et planchers). Les laines minérales font l’objet d’un classement européen dit ACERMI qui indique les performances.

Les isolants thermiques traditionnels

 

Les isolants thermiques traditionnelsLe polystyrène expansé ou extrudé : Présenté sous forme de panneaux, il s’agit du principal isolant synthétique existant. Il sert principalement pour l’isolation des murs intérieurs, auxquels il assure une imperméabilité et une étanchéité, quoiqu’il puisse servir également à l’isolation des toitures lorsqu’il s’agit de construire des combles aménagées pour l’habitat ou encore à l’isolation par l’extérieur.

Le polystyrène extrudé est particulièrement adapté aux planchers et sols en terre pleins, le polystyrène expansé étant plutôt réservé aux murs et planchers.

Ce matériau peut en théorie avoir des incidences sur la santé (comme la plupart des produits synthétiques et d’essences minérales d’ailleurs). Sous l’effet de la chaleur, le polystyrène peut émettre du gaz styrène, qui, à forte dose peut avoir des effets neurotoxiques. Par ailleurs, il diffuse à faible dose pendant toute sa durée de vie du pentane considéré comme toxique. Cela dit, il s’agit d’un matériau alvéolaire (constitué à 98% d’air et 2% de polymères à base de carbone) inerte vis-à-vis des organismes vivants, biologiquement neutre et stable dans le temps, le PSE. De fait, son composant de base, le monomère styrène, est présent à l’état naturel dans les plantes et de nombreux aliments. C’est donc un matériau sain, non toxique et d’ailleurs utilisé dans de nombreuses autres applications : biologie, emballages alimentaires… Bref, des hypothèses de laboratoire ne doivent pas vous polluer la vie.

[pub]Le polyuréthane : Autre isolant synthétique, il se présente la plupart du temps sous forme de mousse expansive et sert généralement à calfeutrer les cadres de portes et de fenêtres, endroits de perte de chaleur en puissance. Particulièrement efficace en hiver, il est beaucoup moins performant pour conserver la fraîcheur en été. De plus, il peut comprendre lui aussi des additifs toxiques pour la santé.

Le polyuréthane est également disponible sous forme de panneaux pour l’isolation de toitures et terrasses et sous forme de panneaux sandwichs dans le cadre d’une isolation extérieure sur murs et bardages.

Les isolants thermiques traditionnelsLe verre : Il participe également à l’isolation, notamment lorsqu’il s’agit d’un double vitrage. La air inséré entre les deux lames de verre apporte à la fois une isolation thermique et phonique. Il s’agit toutefois d’une option au coût relativement élevé : 150 euros le m² pour le double vitrage seul, prix qui peut grimper à 200 voire à 350 euros.

Quel que soit votre choix, retenez que l’épaisseur est l’élément prépondérant lors de la pose de votre isolant. S’il existe des épaisseurs minimales conseillées pour assurer l’équilibre entre le confort estival et hivernal, la règle demeure la suivante : plus c’est épais, plus l’isolation est performante. Et plus le climat dans lequel vous vivez est froid, plus l’épaisseur sera importante. Or l’épaisseur – une laine minérale est plus épaisse qu’un panneau – affecte le volume de la pièce.

Quant aux craintes concernant d’éventuelles émissions toxiques, sachez que tous les produits en vente sont contrôlés par le Centre scientifique et technique du Bâtiment (CSTB) pour vérifier leur compatibilité avec la santé. Si cette protection ne vous suffit pas, vous pouvez toujours opter pour des matériaux plus naturels, qui ont des propriétés équivalentes.

 

Commentaires

1


  • delcourt Publié le

    Bonjour, Je voudrais savoir si la laine de roche par insufflation d’une épaisseur de 20 cm au sol des combles perdus correspond au coefficient R demandé pour avoir droit au crédit d’impôt.
    Merci pour votre réponse

  • Poster un commentaire

    Une question ? Une réaction à cet article ? N'hésitez pas à laisser votre message ci-dessous:

    Champs obligatoire

    Vous êtes un professionnel

    Opportunités de chantiers à saisir !

    Être rappelé pour en profiter

    Articles récents


    Newsletter

    Votre demande d'inscription a bien été prise en compte.

    Professionnels du bâtiment

    Nous avons des opportunités de chantiers pour vous !

    Remplissez rapidement votre carnet de commandes avec des chantiers qui vous rapportent !

    En savoir plus