Accueil > Travaux > Éclairage > L’art contemporain en pleine lumière

L’art contemporain en pleine lumière

Le luminaire contemporain reste un marché marginal. Pourtant il connaît depuis peu, quelques années à peine, un développement bien en phase avec son époque. En effet, il offre souvent à peu de frais des décorations audacieuses sans pour cela s’inscrire dans la durée. Explications.

L’art contemporain en pleine lumièreLes jeunes couples ou jeunes familles hésitent aujourd’hui lorsqu’ils investissent dans leur logement, qu’ils soient locataires ou propriétaires d’ailleurs et ce pour plusieurs raisons (la mobilité professionnelle en est une), à s’engager tout de suite dans des aménagements destinés à durer ‘toute la vie’. C’est le cas aussi bien pour les cuisines que les meubles de salles à manger par exemple.

Pourtant, la mode est à la personnalisation des lieux de vie, comme l’indiquent tant le développement des produits ‘sur mesure’ que la disparition des tendances lourdes et uniformes en matière de décoration ou d’aménagement.

[pub]Le luminaire contemporain répond à ces deux contraintes. Il permet en effet de personnaliser un intérieur à peu de frais et n’engage en rien un réaménagement futur quand les enfants ont grandi ou que la famille décide de s’installer dans ses meubles plus durablement. Révélateur à cet égard est le nouvel espace qui lui est consacré de l’un des plus grands magasins de luminaire de Paris, Epi Luminaires, inauguré au printemps 2004.

L’art contemporain en pleine lumièreEgalement révélateur est le fait que ce sont là encore les designers italiens qui se sont emparés les premiers de cette tendance. Révélateur enfin que, désormais en France, aussi bien les fabricants que les petits artisans proposent quasiment tous désormais des collections contemporaines ou modernes où la transparence tient d’ailleurs une grande place. On peut noter à cet égard par exemple le détournement de fonction du pavé de verre qui, de matériau de gros oeuvre, devient matériau de décoration.

L’art contemporain en pleine lumièreC’est notamment l’un des axes de travail de Romuald Texier (Angelo Designs) à Bailleul (59), qui s’appuie aussi bien sur le bois que le verre, la résine ou le métal pour jouer sur les lignes et la luminosité ‘sublimée’. De même, pour Pierre Scholtès (Atea – Eclairage Architectural) à Paris qui, dans un registre différent, s’appuie sur la recherche esthétique et la technologie au service de la lumière, afin de recréer “des axes de structure” aptes à (re)définir l’ambiance des lieux. De fait, “les nouveaux moyens de développement technologique dans les domaines de la performance et de l’économie mis à la disposition des designers ont bouleversé leurs méthodes de travail et leur capacité de synthèse”, explique ce dernier. Notons parmi ces axes de structure sa création de luminaires perpendiculaires au mur, une idée que l’on retrouve également chez le grand fabricant Artemide.

L’art contemporain en pleine lumièreArtemide justement qui a fait le choix de l’aluminium, notamment, pour des luminaires en structures métalliques ou matériaux composites aux lignes très épurées dont le design est lisible de l’extérieur. Un design qui s’attache également à offrir une bonne efficacité lumineuse en double émission, c’est-à-dire à la fois une lumière indirecte diffuse et une lumière directe et concentrée. A noter qu’Artemide, avec d’autres, propose désormais des lampes avec des filtres colorés qui permettent différentes ambiances en lumière diffuse. Artemide n’est pas en reste en terme de développement technologique puisque sa collection propose un lampadaire équipé d’un détecteur de présence qui déclenche la lumière (plusieurs coloris sont disponibles sur un clavier à effleurement) à votre entrée dans la pièce. Plus étonnant encore, en votre absence ou pendant la journée, le lampadaire se transforme en miroir froid.

L’art contemporain en pleine lumièreLes designers de Targetti ont eux beaucoup travaillé sur l’idée de faire disparaître le luminaire, au moins de le faire se fondre dans l’architecture.

Plus ambitieux encore, la volonté du groupe depuis 1998 de créer avec des artistes des “oeuvres” qui “seraient mises en valeur par le potentiel expressif de ce fascinant ‘matériau-non-matériau’ où la forme et le pouvoir émotionnel de la lumière seraient portés à leur paroxysme”. Réalisées en nombre limitées, ces oeuvres sont d’ores et déjà des objets de collections. Pour un usage plus pérenne donc.

Christophe Leray

Poster un commentaire

Une question ? Une réaction à cet article ? N'hésitez pas à laisser votre message ci-dessous:

Champs obligatoire

Vous êtes un professionnel

Opportunités de chantiers à saisir !

Être rappelé pour en profiter

Articles récents


Newsletter

Votre demande d'inscription a bien été prise en compte.

Professionnels du bâtiment

Nous avons des opportunités de chantiers pour vous !

Remplissez rapidement votre carnet de commandes avec des chantiers qui vous rapportent !

En savoir plus