Accueil > Mes droits > Crédit d'impôts > Le crédit d’impôt en faveur de l’aide aux personnes

Le crédit d’impôt en faveur de l’aide aux personnes

Institué en 2005, le crédit d’impôt consacré aux dépenses d’installation ou de remplacement d’équipements spécialement conçus pour les personnes âgées ou handicapées est prorogé jusqu’au 31 décembre 2014. A noter que cette mesure s’applique également aux travaux de prévention des risques technologiques, et qu’elle connaît quelques petites modification en 2014.

Article mis à jour le 03/02/2014

Prorogation du crédit d’impôt pour aide à la personneLe crédit d’impôt en faveur de l’aide aux personnes

Les particuliers installant des équipement spécialement conçus pour les handicapés ou les personnes agées ont droit à un crédit d’impôt. Cette mesure déjà en vigueur pour l’année 2009 à été reconduite jusqu’au 31 décembre 2011. Le dispositif qui devait initialement prendre fin au 31 décembre 2009 se voit donc prorogé jusqu’au 31 décembre 2011. D’autre part le plafond du crédit d’impôt s’évalue à présent sur 6 années consécutives comprises entre le 1er janvier 2005 et le 31 décembre 2014.

Pour bénéficier de ce crédit d’impôt :

  • vous devez être propriétaire, locataire, usufruitier ou occupant à titre gratuit de votre habitation principale, située en France ;
  • le matériel conçu pour les personnes âgées ou handicapées doit être acheté entre le 1er janvier 2005 et le 31 décembre 2011 ;
  • l’habitation principale doit être terminée depuis plus de 2 ans lors du paiement des dépenses ;
  • dans le cas de travaux en vue d’une protection contre les risques technologiques, l’habitation principale doit résider dans la zone couverte par un plan de prévention des risques technologiques ;

Taux et travaux éligibles

25 % pour les équipements spécialement conçus pour les personnes âgées ou handicapées.

À savoir les équipements suivants :

  •  évier et lavabo à hauteur réglable ;
  •  baignoire à porte ;
  •  surélévateur de baignoire ;
  •  siphon dévié ;
  • cabines de douche intégrales ;
  • bacs et portes de douche ;
  • siège de douche muraux ;
  • WC pour personnes handicapées ;
  • surélévateur de WC.

Les équipements de sécurité et d’accessibilité inamovibles

  • mains courantes ;
  • appareils élévateurs verticaux ;
  • élévateurs à déplacements inclinés ;
  • barres de maintien ou d’appui ;
  • appui ischiatique ;
  • poignées de rappel de portes ;
  • poignées ou barre de tirage de porte adaptée ;
  • barre métallique de protection ;
  • rampes fixes ;
  • systèmes de commande, de signalisation ou d’alerte ;
  • dispositifs de fermeture, d’ouverture ou systèmes de commande des installations électriques, d’eau, de gaz et de chauffage ;
  • mobiliers à hauteur réglable ;
  • revêtements de sol antidérapants ;
  • revêtement podotactile ;
  • nez de marche ;
  • protections d’angle ;
  • revêtement de protection murale basse ;
  • boucle magnétique ;
  • système de transfert à demeure ou potence au plafond.

– les travaux de prévention contre les risques technologiques ouvrent quant à eux droit au taux de 30 % (contre 40 % en 2013)

[pub]Le crédit d’impôt est calculé sur le coût des équipements et de la main d’oeuvre TTC. Lorsque les équipements sont intégrés à un logement neuf, le crédit d’impôt est calculé sur le prix de revient de l’équipement pour le vendeur ou le constructeur, majoré de sa marge bénéficiaire et sur le coût de la main d’oeuvre. L’installation de ces équipements spécifiques doit être effectuée dans la résidence principale de la personne qui supporte la dépense mais il n’est pas nécessaire qu’une personne âgée ou handicapée soit domiciliée dans ce logement ou que la dépense soit engagée directement par celle-ci.

En 2014, l’installation d’ascenseurs n’ouvre plus droit au crédit d’impôt en faveur de l’aide aux personnes.

Le crédit d’impôt en faveur de l’aide à la personne est plafonné de la manière suivante :
Pour une même résidence, le montant des dépenses ouvrant droit au crédit d’impôt ne peut excéder, au titre d’une période de cinq années consécutives comprises entre le 1er janvier 2005 et le 31 décembre 2011, la somme de

  • 5.000 euros pour une personne seule (célibataire, veuve ou divorcée) ;
  • 10.000 euros pour un couple soumis à une imposition commune. Ces plafonds sont majorés de 400 euros par personne à charge (dont le 1er enfant), 500 euros pour le 2ème enfant à charge et 600 euros par enfant à partir du troisième. Ces majorations sont divisées par deux pour les enfants vivant en résidence alternée.

Selon la loi LOI n°2010-1657 du 29 décembre 2010 – art. 99, “lorsque le bénéficiaire du crédit d’impôt est remboursé dans un délai de cinq ans de tout ou partie du montant des dépenses qui ont ouvert droit à cet avantage, il fait l’objet, au titre de l’année de remboursement et dans la limite du crédit d’impôt obtenu, d’une reprise égale à 15 % ou 25 % de la somme remboursée selon le taux du crédit d’impôt qui s’est appliqué. Toutefois, aucune reprise n’est pratiquée lorsque le remboursement fait suite à un sinistre survenu après que les dépenses ont été payées.”

Pour bénéficier du crédit d’impôt, les équipements doivent être fournis (facturés) par l’entreprise qui réalise les travaux, non par vous-même.

Crédit d’impôt en faveur de l’aide aux personne en 2011 et 2013 

Du 1er janvier 2005 au 31 janvier 2011 le taux de crédit d’impôt pour l’installation d’un ascenseurs électriques (prix d’acquisition uniquement, la main-d’œuvre est exclue) était fixé à 15% pour les dépenses afférentes à un immeuble collectif achevé depuis plus de deux ans, payées entre le 1er janvier 2005 et le 31 décembre 2011. Les ascenseurs concernés par cette mesure :

  • d’ascenseurs électriques à traction possédant un contrôle avec variation de fréquence, installés dans un immeuble collectif, achevé depuis plus de deux ans. Le crédit d’impôt est calculé sur le prix d’acquisition TTC de l’ascenseur seul (le coût de la main d’oeuvre est exclu ainsi que les matériaux et fournitures qui ne s’intègrent pas à l’équipement (tuyaux, gaines, fils électriques…).

(Attention les taux annoncés ci-dessous ne sont valables qu’en 2013)

Mais depuis 2013, l’acquisition d’ascenseurs électriques n’ouvre plus droit au crédit d’impôt en faveur de l’aide aux personnes.

En 2013, le crédit d’impôt pour les dépenses prescrites par un plan de prévention des risques technologiques (PPRT) avait été revu à la hausse. Son taux était passé de 30 % à 40 % pour les dépenses payées du 1er janvier 2013 au 31 décembre 2014, date de la fin du dispositif.

Pour les dépenses payées jusqu’au 31/12/2012, le taux reste celui appliqué précédemment à savoir 30%. En 2014 le taux redescend à 30 %

Certains de ces équipements peuvent par ailleurs faire l’objet d’aides et de subventions de la part de l’ANAH (Agence Nationale pour l’Amélioration de l’Habitat).

Poster un commentaire

Une question ? Une réaction à cet article ? N'hésitez pas à laisser votre message ci-dessous:

Champs obligatoire

Vous êtes un professionnel

Opportunités de chantiers à saisir !

Être rappelé pour en profiter

Articles récents


Newsletter

Votre demande d'inscription a bien été prise en compte.

Professionnels du bâtiment

Nous avons des opportunités de chantiers pour vous !

Remplissez rapidement votre carnet de commandes avec des chantiers qui vous rapportent !

En savoir plus