Accueil > Déco > Coups de coeur produits > Une terrasse en bois qui résiste à l’usure du temps

Une terrasse en bois qui résiste à l’usure du temps

Une terrasse extérieure qui dure, qui dure, qui dure… sans entretien ? Une terrasse par ailleurs garantie 20 ans ? C’est désormais possible grâce à un système révolutionnaire de fixation inventé par un parqueteur du Luxembourg et distribué sous le nom de Vétédy.

Une terrasse en bois qui résiste à l’usure du tempsLes aménagements extérieurs en bois, encore rares il y a peu, ont désormais le vent en poupe. Non seulement pour l’aspect matériau noble et écologique du bois mais aussi parce qu’il offre une liberté de création horizontale et verticale qui permet toutes les audaces. C’est de plus un matériau qui se marie admirablement avec les autres et qui permet également de créer une terrasse ou des aménagements à niveau sur un sol non stabilisé ou très en pente, voire d’imaginer des terrasses en hauteur ou sur plusieurs niveaux.

Une terrasse en bois qui résiste à l’usure du tempsSauf qu’une terrasse en bois en extérieur connaît deux principaux inconvénients : la déformation des planches sous l’effet de la chaleur et de l’humidité et l’oxydation des vis qui les maintiennent. Ce sont justement ces défauts qui avaient le don de mettre en rogne Patrick Deumer, un parqueteur luxembourgeois, dont la volonté affirmée d’une «qualité irréprochable» était mise à mal dès qu’il était conduit à réaliser, en nombre croissant d’ailleurs, des chantiers de terrasses extérieures en bois.
[pub]

«J’ai essayé toutes sortes de bois – le pin traité, les bois exotiques, etc. – sans être jamais content car, ayant misé sur la qualité de mon travail, l’aspect esthétique (vis qui s’oxydent, échardes, déformation des planches) ne me convenait pas», dit-il. Il enrage de voir ses belles planches se dilater et se déformer sous la double contrainte de la chaleur et de l’humidité.

En 1999, il dessine sur un bout de table une première ébauche d’un système destiné à augmenter la résistance mécanique des planches de ses parquets extérieurs, idée qui ne sera finalement aboutie que trois ans plus tard lors du dépôt du dernier brevet en octobre 2002.

Une terrasse en bois qui résiste à l’usure du tempsEn gros le principe consiste en l’installation des planches sans vis apparentes puisque ce sont des clips qui sont vissés sur les lambourdes qui maintiennent les planches par en dessous comme une pince. Ce système permet donc d’assurer à la fois la résistance de la structure – les planches ne se fendent pas là où elles sont vissées – tout en offrant un aspect esthétique incomparable. Ne restait qu’à trouver un fabricant pour des clips en matériau composite afin d’en garantir la résistance : ce sera fait à l’occasion de la collaboration avec un producteur Chinois.

Une terrasse en bois qui résiste à l’usure du tempsEn même temps, Patrick Deumer engage une recherche afin de déterminer quel bois se prête le mieux à l’usage en parquet extérieur avec son nouveau système de fixation. Ce seront finalement le Padouck et le teck, bois naturellement imputrescibles et ne nécessitant donc aucun traitement chimique, qui feront l’affaire. Ces deux essences ont en effet les taux de dilatation – laquelle est l’ennemie du parquet extérieur car elle transforme les planches en hélices d’avion – les moins importants.

Cerise sur le gâteau, le système, selon son concepteur, réduit le temps de pose de près de 30% par rapport à la pose traditionnelle et garantit un jointage régulier entre les lames et assure une libre circulation de l’air.

Le système est finalement tellement au point que la société Vetedy garantit ses parquets extérieurs… 20 ans. Une fois les tarifs validés (entre 100 et 200 euros le m², pose comprise, soit un prix équivalent à celui de très belles pierres naturelles), ne restait plus qu’à promouvoir le produit et tester le marché qui a répondu… au-delà des espérances de son concepteur.

Une terrasse en bois qui résiste à l’usure du tempsQu’on en juge. En 2003, l’activité parquet intérieur représentait encore 60% du chiffre d’affaires de Vetedy, contre 40% pour le parquet extérieur. Patrick Deumer anticipe pour 2004 un complet retournement puisqu’il table sur une activité concernant à 70% le parquet extérieur. De même, après avoir vendu 8.500 m² de parquet extérieur en 2003, il pense en vendre 30.000 m² en 2004.

Ce produit répond donc parfaitement à un besoin du marché. «La fixation invisible commence à marcher dans la tête des gens ; il est d’ailleurs notable que ce sont les professionnels eux-mêmes – architectes, piscinistes, artisans, etc. – qui nous ont fait confiance beaucoup plus vite que les distributeurs», explique Patrick Deumer.

Avec d’ores et déjà quelques références prestigieuses, Patrick Deumer ne compte pas en rester là puisqu’il poursuit ses recherches afin de trouver de nouvelles essences meilleures marché aptes à s’appliquer à son procédé.

Christophe Leray

Lire également notre article : Terrasse en Bois : astuces et conseils d’entretien

Poster un commentaire

Une question ? Une réaction à cet article ? N'hésitez pas à laisser votre message ci-dessous:

Champs obligatoire

Vous êtes un professionnel

Opportunités de chantiers à saisir !

Être rappelé pour en profiter

Articles récents


Newsletter

Votre demande d'inscription a bien été prise en compte.

Professionnels du bâtiment

Nous avons des opportunités de chantiers pour vous !

Remplissez rapidement votre carnet de commandes avec des chantiers qui vous rapportent !

En savoir plus