Accueil > Travaux > Construction > Plan de maison : 30 projets pour une extension de 60m² en banlieue parisienne

Plan de maison : 30 projets pour une extension de 60m² en banlieue parisienne

Un maître d’ouvrage privé a tenté une expérience extraordinaire. Dans le cadre de l’extension d’une maison individuelle en banlieue parisienne, près de Sceaux (92), un couple avec enfants a accepté d’organiser un concours, l’architecte lauréat assurant la conception et réalisation du projet. La preuve que la diversité et qualité architecturale sont à la portée de tout un chacun.

Plan de maison : 30 projets pour une extension de 60m² en banlieue parisienneL’objectif du concours, réservé aux jeunes architectes, était d’inciter les clients privés à avoir recours à un architecte pour la construction de maisons individuelles et de développer l’idée que les architectes peuvent proposer de multiples idées pour un programme simple et économique et démontrer ainsi qu’il existe une alternative à l’offre proposée aujourd’hui sur catalogue par les constructeurs. Objectif atteint au-delà de toutes les espérances. En effet, à partir du même programme, plus d’une trentaine de projets furent acceptés, tous, aux yeux du client, plus étonnants les uns que les autres.

Plan de maison : 30 projets pour une extension de 60m² en banlieue parisienne“L’architecte est un alchimiste qui sait respecter les plus strictes contraintes, financières comme techniques, et les sublimer. Il n’y a pas de “grande” ou “petite” architecture. L’architecture au quotidien doit être inventive, qualitative et audacieuse”, précise Plan 01 (qui regroupe plusieurs agences) qui s’est chargé de l’organisation du concours.

La maison existante a été retenue pour la qualité de son architecture et de son environnement paysager. Elle est représentative d’un certain type de maison pavillonnaire “Ile de France en pierre meulière”. Le maître d’ouvrage, un couple avec trois enfants motivé par une approche créative multiple pour leur nouvelle maison, a retenu plusieurs propositions (les photos illustrant cet article) avant de désigner son lauréat.

Le programme

La parcelle s’insère dans un tissu pavillonnaire ancien (1930 environ) sur la pente d’une colline. Accessible par une rue résidentielle en pente unique, le terrain est bordé au sud par une voie piétonne. D’une surface de 1.500m², il est caractérisé par des terrasses en niveau, une végétation ancienne et une vue dégagée. La maison date des années 30, caractérisée par la pierre meulière et des modénatures ouvragées en céramique. La maison, d’une surface de 120m² sur deux niveaux habitables (+ combles), est ouverte sur trois côtés, appuyée sur le mur mitoyen nord

[pub]Le projet a pour objet la construction d’une extension de 60m² composée de l’agrandissement du séjour, de la cuisine et de la création d’une chambre, dressing et salle de bains pour les parents, la réorganisation de la maison par son extension, notamment les lieux de vie au rez-de-chaussée et la relation aux extérieurs. Il fallait par ailleurs conserver l’ambiance de la maison générée par l’homogénéité de l’existant et la qualité du site et optimiser par l’extension les potentiels du site, notamment la topologie en niveau et l’ouverture sur trois côtés de la maison vers l’extérieur, notamment le jardin.

Les contraintes : se conformer au règlement d’urbanisme, respecter les surfaces demandées et le budget de 145.000 euros HT.

C’est dans ce cadre strict que les 30 équipes ont apporté des réponses différentes et ainsi engendré de la diversité, de la richesse, des surprises et de la qualité architecturale.

Trois familles de réponses furent apportées

Objets : Les projets dits Objets conçoivent l’extension comme un objet additionnel, une forme “pure”, non proliférante, qui vient se coller à la maison existante et éventuellement la concurrencer. Leur choix est de créer des contrastes et des césures entre le neuf et l’ancien. Au sein de cette famille, deux tendances se font jour : les objets affirmés, ceux qui n’ont pas peur d’entrer en conflit avec la maison existante, et d’autres projets plus modestes, plus conciliants, plus “polis”. Dans leur ensemble, ces projets redessinent l’axe de la maison autour du jardin.

Cabanes : Les projets dits “cabanes” conçoivent l’extension comme une composition autour de la maison, la maison développant une nouvelle relation avec son territoire, trouvant des prolongements multiples dans le jardin. Cette famille de projets choisit de morceler le programme. L’extension crée des satellites de la maison mère, elle forme des espaces agrégés, mis en relation par des transitions et des raccordements. En créant des espaces différenciés et autonomes, ces projets requalifient certains vides, multiplient les points de vue, les hauteurs mais aussi les espaces. Ils permettent aux différents membres de la famille – les enfants, les parents, ensemble ou individuellement – d’investir différemment les espaces de la maison selon leur activité et le moment de la journée. En ce sens, ils constituent une réponse graduée à la “question de la famille”, en offrant à celle-ci une trame de scénarii de vie multiples.

Dissimulés : Dans les projets “dissimulés”, la ligne de conduite choisie consiste à ne pas transformer la maison, sinon de façon minimaliste. Celle-ci restera sans conteste l’objet principal tandis que l’extension se conçoit comme une annexe qui la continue ou s’y arrime discrètement. L’extension est donc pensée dans une économie visuelle. Elle se fait discrète, n’hésite pas à s’enterrer, à se camoufler, voire même à disparaître sous les niveaux du jardin. Ces projets choisissent de s’inscrire dans le contexte topographique, en jouant des plis naturels du terrain, en se fondant dans le paysage du jardin. Dans leurs grandes lignes, ces projets sont élégants et subtils, en général très maîtrisés, très dessinés. Ils ne laissent transparaître que quelques éléments choisis et assumés. Pour le reste, ils sont intériorisés. Pour autant, les projets dissimulés ne sont pas minimalistes car cet effet “retenu” ne s’obtient pas sans travaux d’envergure.
~img g~~img d~
Au-delà de ces trois familles de projet, la preuve est faite qu’il y a autant de réalisations possibles que de maîtres d’ouvrage et d’architectes, dans le cadre de contraintes parfaitement respectées. Pour un projet de maison, de rénovation ou d’extension, les clients auraient tort de se priver.

Christophe Leray

Consulter également notre album-photo des autres projets présentés en cliquant ici.

Poster un commentaire

Une question ? Une réaction à cet article ? N'hésitez pas à laisser votre message ci-dessous:

Champs obligatoire

Vous êtes un professionnel

Opportunités de chantiers à saisir !

Être rappelé pour en profiter

Articles récents


Newsletter

Votre demande d'inscription a bien été prise en compte.

Professionnels du bâtiment

Nous avons des opportunités de chantiers pour vous !

Remplissez rapidement votre carnet de commandes avec des chantiers qui vous rapportent !

En savoir plus