Accueil > Travaux > Construction > Le Monomur thermopierre ou terre cuite, une véritable alternative au parpaing

Le Monomur thermopierre ou terre cuite, une véritable alternative au parpaing

Le monomur séduit de plus en plus de propriétaires de maisons individuelles mais reste encore largement inconnu. De quoi s’agit-il ? Quelle est la différence entre monomur terre cuite et Monomur thermopierre ? Quels sont la durée, le prix et les contraintes d’un chantier monomur ? Avantages et inconvénients par rapport aux matériaux traditionnels.

Le Monomur thermopierre ou terre cuite, une véritable alternative au parpaingIl y a quelques années, proposer un mur sans isolation était totalement iconoclaste. Aujourd’hui ce n’est plus le cas grâce à l’émergence sur le marché français du monomur (terre cuite et thermopierre), un nouveau matériau de construction, de Haute qualité environnementale (HQE), qui révolutionne le métier de maçon et la façon d’habiter sa maison.

[pub]L’utilisation de la brique en terre cuite, utilisée depuis des millénaires dans la construction, avait progressivement diminué, pour céder une grande place au béton (parpaings ou béton cellulaire) plus rapides à monter. Aujourd’hui, les qualités naturelles de la terre cuite (confort thermique, adaptabilité à l’hygrométrie et résistance mécanique) reviennent en force sur les chantiers par le biais du monomur, dont la structure particulière décuple ses qualités isolantes. Avec cette brique alvéolée de grandes dimensions, inutile de prévoir une isolation complémentaire.

Le Monomur thermopierre ou terre cuite, une véritable alternative au parpaingDes avantages vérifiés par Thierry Géraud, le patron de l’entreprise SOCOMATRA, constructeur de maisons individuelles à Plaisance du Touch, près de Toulouse (31). “Le monomur est un terme générique qui désigne un matériau auto isolant qui n’a besoin d’aucune isolation additionnelle ; un crépi extérieur et un plâtre intérieur de parement suffisent, il n’y a rien à rajouter. J’ai pu le vérifier lors de la canicule de 2003, lorsque je suis retourné, pour affaires, dans une villa que j’avais construite un an plus tôt ; la différence entre la chaleur étouffante extérieure et la fraîcheur qui régnait dans la maison, était extraordinaire. Je prends un vrai plaisir à travailler avec le monomur”.

Le Monomur thermopierre ou terre cuite, une véritable alternative au parpaingDe fait, comme l’explique Valérie Tardy, directrice marketing de Xella Thermopierre, il existe un autre type de Monomur, le thermopierre : “Le monomur, fait de sable et de chaux, a été inventé en 1929, mais n’a pris son essor en Allemagne qu’au milieu des années 50 où il représente désormais 23 ou 24% du marché, avant de gagner la Belgique et les Pays Bas. En France on a hélas opté pour la structure porteuse qu’il faut isoler”, dit-elle. Pourtant, pour cette inconditionnelle du thermopierre, “ce matériau respecte à la fois l’environnement, la santé des occupants et de ses utilisateurs…”. En effet, les composants utilisés (sable, chaux, ciment et eau), matières premières à la fois abondantes et 100 % naturelles, ne privent pas l’environnement de ressources rares

Des atouts majeurs

Le Monomur thermopierre ou terre cuite, une véritable alternative au parpaingLes deux Monomurs (terre cuite et thermopierre) affichent des performances intéressantes ; tous deux absorbent cinq fois moins d’eau que les autres types de murs ; ce qui supprime condensations et moisissures en rendant l’habitation plus saine. Véritables régulateurs naturels, ils assurent chaleur en hiver et fraîcheur en été ; or l’énergie la moins chère est celle que l’on ne consomme pas et la notion d’inertie thermique des murs est redevenue importante (on le voit notamment au travers de la nouvelle RT 2005). De fait, 25cm en thermopierre offrent les mêmes avantages en ce domaine que les murs épais d’un mètre ou plus des maisons d’autrefois. Leurs structures très aérées, (alvéoles pour le monomur en terre cuite et milliers de bulles d’air, indépendantes les unes des autres, emprisonnées dans la structure massive du thermopierre) jointes aux qualités intrinsèques et naturelles de leurs éléments constitutifs (terre cuite pour l’un, sable, chaux, ciment et eau pour l’autre), leur confèrent un remarquable pouvoir isolant phonique et sonique. Ils sont aussi parfaitement incombustibles.

Le Monomur thermopierre ou terre cuite, une véritable alternative au parpaingCôté chantier, le monomur s’intègre dans un véritable système constructif original, avec un système de pose et des accessoires spécifiques (briques de chaînage et d’ébrasement, linteaux, applicateurs de colle) qui modifie sensiblement le métier de maçon. Chaque brique monomur, identiquement dimensionnée, permet de réaliser une pose dite à “joint mince” (épaisseur de 1 mm contre 1 à 2 cm dans les autres constructions) qui limite les ruptures d’isolation (les ponts thermiques) et n’utilise que 200 kg de colle, contre environ 7,5 tonnes de mortier sur un chantier moyen.

Le Monomur thermopierre ou terre cuite, une véritable alternative au parpaing“Résultat ; aucune contrainte particulière pour un homme de l’art rigoureux qui respecte les consignes du fabricant”, insiste Thierry Géraud. “Il suffit de parfaitement poser le premier rang, grâce à un niveau laser ; ensuite, on colle les briques, que l’on peut découper aux dimensions voulues, les unes sur les autres”. Des opérations qu’il est recommandé de confier à un professionnel “confirmé Monomur” qui pourra vous présenter des références.

Le Monomur thermopierre ou terre cuite, une véritable alternative au parpaingPour une villa de 300 à 400m², comme celles bâties par notre maçon toulousain, les travaux dureront de 7 à 8 mois. Côté budget prévoir un surcoût construction (par rapport au béton traditionnel) de l’ordre de 20% ; une différence qui s’estompe lorsque l’on étudie les coûts d’utilisation de la maison (diminution de l’ordre de 10% de la facture du chauffage et conservation de la fraîcheur en été – ce qui permet ainsi de se passer d’une climatisation mécanique), de la durée de vie de produits (par exemple, dans un logement par définition destiné à durer, l’isolation traditionnelle tend à s’affaisser et perdre au fil du temps de ses qualités) et de l’économie réalisée sur l’achat et la pose de l’isolation, voire également sur le gain de temps sur chantier. Sans parler même des économies pour la planète. Preuve sans doute du bon rapport qualité/prix du monomur, un projet prévoyant la construction de 20 logements en monomur Thermopierre à Tresse (33) avec l’OPAC Gironde Habitat (HLM) a vu le jour en 2005.

Poster un commentaire

Une question ? Une réaction à cet article ? N'hésitez pas à laisser votre message ci-dessous:

Champs obligatoire

Vous êtes un professionnel

Opportunités de chantiers à saisir !

Être rappelé pour en profiter

Articles récents


Newsletter

Votre demande d'inscription a bien été prise en compte.

Professionnels du bâtiment

Nous avons des opportunités de chantiers pour vous !

Remplissez rapidement votre carnet de commandes avec des chantiers qui vous rapportent !

En savoir plus