Accueil > Travaux > Chauffage > Le chauffage à partir des énergies renouvelables a le vent en poupe

Le chauffage à partir des énergies renouvelables a le vent en poupe

Le chauffage de la maison à partir d’énergies renouvelables connaît un succès grandissant malgré un coût d’investissement à l’achat par rapport aux systèmes de chauffage classiques (énergies fossiles notamment) encore élevé. Petit tour d’horizon de ce qui existe.

Les énergies renouvelables au goût du jour

Populaires et pourtant marginalement utilisées, les sources d’énergies renouvelables ou EnR (Energies Renouvelables) sont écologiques et gratuites. Parmi celles-ci, on compte notamment le bois, le solaire (thermique et photovoltaïque), l’éolien et la géothermie. Les installations de chauffage à partir des sources renouvelables étaient par le passé assimilées à des installations rudimentaires, mises en oeuvre par des écologistes bricoleurs. Or, il existe désormais un marché du chauffage reposant sur l’exploitation des EnR, avec une gamme croissante de produits. Le progrès technologique a permis de rendre les installations plus performantes, plus pratiques (intégration de l’électronique) et conformes aux exigences de la réglementation thermique.

Une fiscalité et des tarifs au service des énergies renouvelables

“L’équipement des ménages est une évolution qui n’obéit pas à un simple phénomène de mode mais répond à une tendance lourde de la société”, indique d’ailleurs Françoise Jouet, responsable de la communication au Syndicat des Energies Renouvelables (SER). La cause principale est connue : la hausse continue du coût du combustible ! En effet, au fur et à mesure de la flambée (c’est le cas de le dire) du prix des énergies fossiles, les EnR deviennent de plus en plus compétitives.

De plus, les aides fiscales destinées à promouvoir l’usage d’énergie renouvelable constituent des incitations pour l’acheteur potentiel tant au niveau du coût d’acquisition de l’équipement que de son coût d’installation. Concernant le coût d’acquisition, le crédit d’impôt, dont le taux est passé de 40% (taux en 2005) à 50% en 2010 et 45% en 2011 pour les systèmes de chauffage fonctionnant à l’énergie solaire, permet de diminuer sensiblement le prix du système de chauffage. De même, l’application au coût de l’installation d’un taux de T.V.A à 5,5%, si celle-ci est réalisée par un professionnel, plaide pour un tel investissement.
A noter enfin que le choix de telle ou telle source d’énergie dépendra de son abondance près de votre lieu de résidence.

Energies renouvelables: le bois

chauffage energie renouvelable

Poêle granules

Avec une production d’environ 9 millions de TEP (tonnes équivalent pétrole), le bois constitue la première source d’énergie renouvelable en France. La majorité de l’énergie produite provient des appareils domestiques (environ 80%) soit une production d’environ 7,3 millions de TEP. Cette position de leader se conforte puisque l’intérêt pour ce combustible ne se dément pas.

Ainsi, les chaudières individuelles à bois et les poêles sont les grands bénéficiaires de ce succès puisque, entre le premier semestre 2004 et la même période en 2005, leurs ventes ont cru respectivement de plus de 50% et de 25%. Combustible bon marché voire gratuit, rendement croissant, crédit d’impôt de 22%. 36% pour le remplacement d’un système de chauffage bois ou biomasse existant, esthétique et large gamme de produits, l’avantage comparatif de ce combustible par rapport aux autres sources d’énergie renouvelable est certainement sa mobilité, en cas de déménagement, par exemple (Lire à ce sujet notre article Chauffage au bois : une alternative aux énergies fossiles de plus en plus prisée).

Energies renouvelables : le solaire

  • panneau solaire thermique ©@123solaire

    panneau solaire thermique ©123solaire

    Le solaire thermique connaît lui aussi une progression significative. Qu’on en juge ! Le nombre de m² de panneaux solaires thermiques installés par an est passé de moins de 60.000m² en 2004 à 100.000m² en 2005. Celui de chauffe eau solaires individuels (CESI), soit la production d’eau chaude sanitaire, est passé de 8.000 à 14.000 unités (Lire à ce propos notre article Le chauffe-eau solaire : écologique et rentable) et celui des systèmes solaires combinés (SSC), c’est-à-dire l’alimentation d’une installation de chauffage (plancher chauffant, radiateurs), a fait un bond de 1.800 à 24.000m². Le solaire thermique peut couvrir de 40 à 60% des besoins d’eau chaude sanitaire.

  • Moins répandu, le solaire photovoltaïque est différent dans son principe par rapport au solaire thermique. Les panneaux ou capteurs solaires composés de cellules photovoltaïques transforment la lumière du soleil en électricité. Celle-ci est soit stockée en batteries et utilisée pour alimenter certains usages du bâtiment, soit revendue au réseau, autrement dit à EDF (tarifs 2008) :

– en métropole continentale, au tarif de 31,193c€/kW/h pour une installation non intégrée au bâti et de 57,187c€/kW/h pour une installation intégrée au bâti ;
– en Corse, Collectivité territoriale St Pierre et Miquelon et départements d’Outre Mer, au tarif de 41,591c€/kW/h pour une installation non intégrée au bâti et de 57,188c€/kW/h pour une installation intégrée au bâti.

Panneaux solaires photovoltaïques CMP

Panneaux solaires photovoltaïques ©CMP

Il convient de souligner qu’une installation solaire photovoltaïque de 1,1kWc (c=crête) peut fournir 1.200kWh par an. Elle peut, le cas échéant, être mise en oeuvre par un électricien et prendre de quatre jours à une semaine.

Qu’il s’agisse du solaire thermique ou photovoltaïque, les capteurs solaires ne demandent aucune maintenance. Il n’est pas nécessaire de nettoyer ou de déneiger ses capteurs qui sont auto-nettoyants. D’une durée de vie moyenne de 50 ans, l’installation est garantie de 10 à 25 ans. Outre leur intérêt en termes de fonctionnalité, les capteurs solaires actuels ne dénaturent plus le paysage et s’intègrent parfaitement dans la toiture sous la forme d’une fenêtre de toit (Velux), par exemple, voire les façades. Il existe également des tuiles photovoltaïques (Iméris toiture) susceptibles de faire fonctionner vos installations thermiques.

A noter qu’avant de réaliser votre maison solaire, il est conseillé de se renseigner à la mairie de son domicile afin de savoir si le règlement du Plan d’Occupation des Sols (POS) n’apporte pas de clause particulière quant à l’emplacement des capteurs. Dans ce cas, il est alors opportun de rechercher une implantation favorable aux capteurs solaires (garage, abris bois…) en plus de l’orientation du toit au Sud de votre installation solaire.

Energies renouvelables : l’éolien

energie renouvelable eolienne

Energies renouvelables : l’éolien

Après le dieu soleil, le dieu Eole ! Permettant la production d’énergie électrique, l’usage de l’énergie éolienne est plus marginal encore alors que son coût d’installation est moitié moins élevé que celui d’une installation solaire thermique. Ce retard s’explique par le fait que l’éolienne est perçue pour beaucoup comme une forme de pollution visuelle. En tout état de cause, avec un budget de 5.000 euros, il est possible de bénéficier d’une installation complète, utile pour une petite production. Le prix d’une installation peut être jusqu’à trois fois plus élevé mais vous permettra corrélativement une production plus importante d’électricité. Néanmoins, pour bénéficier d’une installation adaptée, exigez de votre vendeur une Maîtrise de l’Energie (MDE), consistant à évaluer vos besoins. De plus, celui-ci sera votre interlocuteur privilégié en matière d’installation. Le temps d’installation ne durera pas plus de quelques jours. Annuel, son entretien très simple consiste à changer une petite pièce qui s’use avec le temps. Pour finir, si se chauffer au solaire ou à l’éolien est gratuit, il n’en demeure pas moins que vous êtes tributaire des conditions climatiques.

Energies renouvelables : la géothermie

energie renouvelable geothermie

Energies renouvelables : la géothermie

Enfin, s’agissant des pompes à chaleur, l’Association française pour les pompes à chaleur (AFPAC) annonce près de 18.000 pompes à chaleur (PAC) installées en 2004 contre 13.700 en 2003, dont 70% de pompes à chaleur géothermiques et 30% air/eau. Les pompes à chaleur puisent près des 2/3 des calories dans l’air, dans l’eau ou le sol, ce qui procure un chauffage à prix particulièrement compétitif. Les PAC ont un avantage sensible puisqu’elles peuvent également rafraîchir quand elles sont réversibles (Lire à ce sujet notre article La géothermie : un système écologique qui chauffe l’hiver et rafraîchit l’été). Néanmoins, il convient de préciser que les PAC ne sont pas totalement autonomes et écologiquement propres puisque, pour les faire fonctionner, elles doivent être alimentées en électricité. Enfin, elles concernent essentiellement la construction neuve.

Poster un commentaire

Une question ? Une réaction à cet article ? N'hésitez pas à laisser votre message ci-dessous:

Champs obligatoire

Vous êtes un professionnel

Opportunités de chantiers à saisir !

Être rappelé pour en profiter

Articles récents


Newsletter

Votre demande d'inscription a bien été prise en compte.

Professionnels du bâtiment

Nous avons des opportunités de chantiers pour vous !

Remplissez rapidement votre carnet de commandes avec des chantiers qui vous rapportent !

En savoir plus