Accueil > Travaux > Chauffage > Chaudières : de nouvelles règles depuis septembre 2015

Chaudières : de nouvelles règles depuis septembre 2015

Deux directives européennes changent la manière de choisir les chaudières à condensation et à basse température depuis le 26 septembre 2015. Nouvel étiquetage et performances revues à la hausse : ces réformes ont pour objectif de pousser les consommateur à choisir des équipements moins énergivores… et donc plus économiques à l’usage ! Précisions.

Chaudières : 2 nouvelles directives européennes

Eco-conception De Dietrich © DeDietrich-thermique.fr

Eco-conception De Dietrich © DeDietrich-thermique.fr

Le 26 septembre 2015, deux nouvelles directives européennes entrent en vigueur pour choisir une chaudière avec le meilleur rapport rendement/consommation. De cette façon, les foyers européens seront petit à petit équipés avec des chaudières et appareils pour produire l’eau chaude moins gourmands en énergie et toujours plus efficaces. En effet, la première directive impose une efficacité minimum aux appareils, alors que la deuxième directive impose les étiquettes énergétiques désormais sur les chaudières et les chauffe-eau.

Estimez le prix d’une chaudière avec le : Guide des prix chaudière

Chaudières et PAC : la directive Éco-conception

PAC géothermique GSHP© De Dietrich

PAC géothermique GSHP© De Dietrich

C’est grâce au plan climat énergie de l’union européenne que cette première directive voit le jour. Le but final est de réduire de 20% la consommation d’énergie et les émissions de CO2 d’ici 5 ans. Les appareils concernés sont les chaudières et les pompes à chaleur qui ont une puissance inférieure à 400 kW, ainsi que les chauffe-eau de moins de 2000 litres, à savoir les chauffe-eau à accumulation, les chauffe-eau électrique instantanés, solaires et thermodynamiques. Les appareils qui produisent à la fois le chauffage et l’eau chaude sont également concernés. Le but final est d’équiper tous les logements à long terme avec uniquement des appareils qui ont un rendement de plus de 86%, pour une efficacité maximum.

Les consommateurs choisiront alors des équipements plus en harmonie avec le climat. Les chaudières à condensation ont plus que jamais la côte, car elles atteignent le seuil de rendement minimum de 86%, contrairement aux chaudières basse température qui affichent généralement des performances moindres.

Estimez le prix d’un chauffe-eau avec le : Guide des prix chauffe-eau

Estimez le prix d’une pompe à chaleur avec le : Guide des prix pompe à chaleur

Chaudières basse température utilisant la biomasse

chaudière biomasse sol usage domestique-ZANTIA

chaudière biomasse sol usage domestique-©ZANTIA

Certains appareils ne sont pas concernés par cette directive, comme les chaudières basse température de catégorie B1, des chaudières qui utilisent la biomasse. Ces chaudières basse température seront autorisées à condition qu’elle affichent un rendement au moins égal à 75 %. Elles auront un sursis de 3 ans, jusqu’au 26 septembre 2018, pour permettre aux immeubles ancien par exemple d’avoir plus de temps pour s’équiper. Car en effet, un passage à une chaudière de type B1 à une chaudière à condensation demande pas mal de travaux, car dans ce cas, tous les conduits d’évacuation devront être remplacés à cause de l’acidité des chaudières à condensation.Le résultat est déjà visible dans les catalogues des fabricants, car les chaudières basse température ont disparu subitement chez certains. Le choix se limitera désormais aux modèles plus respectueux de l’environnement et de nos factures d’électricité.

Chaudières et chauffe-eaux : directive de l’étiquette

Les appareils de chauffage rejoignent la famille électroménager décorée d’un autocollant et se voient désormais équipés d’étiquettes d’énergie dès le 26 septembre 2015. Les chaudières et les chauffe-eaux qui ont moins de 70kW de puissance auront donc un bel autocollant notant le niveau de performance de A+++ à G. On avait déjà prit l’habitude de comparer les lettres pour acheter un frigo ou une machine à laver, ce sera désormais le cas aussi pour les appareils de chauffage.

Capture d'écran du site DeDietrich-thermique.fr © De Dietrich

Capture d’écran du site DeDietrich-thermique.fr © De Dietrich

Cette étiquette européenne renseignera sur la marque de l’appareil et le nom du modèle, la fonction de l’appareil, la puissance acoustique (le bruit qu’il fait en fonctionnement) et bien sûr la fameuse lettre allant de A+++ à G en fonction de la consommation énergétique, pour s’y retrouver facilement. Bien-sûr, ces étiquettes ont un but informatif basique, si l’appareil est raccordé à une installation solaire ou encore à une pompe à chaleur, il consommera encore moins que prévu.

Poster un commentaire

Une question ? Une réaction à cet article ? N'hésitez pas à laisser votre message ci-dessous:

Champs obligatoire

Vous êtes un professionnel

Opportunités de chantiers à saisir !

Être rappelé pour en profiter

Articles récents


Newsletter

Votre demande d'inscription a bien été prise en compte.

Professionnels du bâtiment

Nous avons des opportunités de chantiers pour vous !

Remplissez rapidement votre carnet de commandes avec des chantiers qui vous rapportent !

En savoir plus