Accueil > Déco > Rangements > Astuces pour combattre le manque de place à la maison

Astuces pour combattre le manque de place à la maison

Le manque de place dans les logements est aujourd’hui une problématique qui revient de plus en plus fréquemment. Marie-Pierre Dubois-Petroff, architecte et auteur notamment de l’ouvrage ‘Gain de place’, nous révèle quelques-uns de ses secrets pour exploiter au mieux la surface disponible.

 

Aménagement intérieur Ikéa

Aménagement intérieur ©Ikéa

 Travaux.com : Vous dites que la psychologie et l’écoute sont des éléments indispensables du relationnel avec les particuliers. L’architecte serait-il une sorte de psy ?

 

Marie-Pierre Dubois-Petroff : Pas tout à fait, mais s’il n’est pas psy, l’architecte se doit au moins d’être psychologue. Pour concevoir le cadre de vie de parfaits inconnus (c’est du moins ce qu’ils sont au début de l’aventure), l’architecte doit en savoir plus sur eux, sur leur façon de vivre, sur leurs goûts et leurs habitudes. Il pénètre donc forcement un peu leur intimité. En tant qu’architecte, mon rôle est de donner forme à des envies encore embryonnaires, de déceler les désirs mal exprimés, de comprendre les véritables besoins et surtout de trouver des réponses adaptées. L’attention et l’écoute sont donc essentielles.

 Travaux.com : Comment ressentez-vous les influences respectives des modes et des traditions sur les demandes de vos clients ?

Rideau salon Ikea

Rideau salon ©Ikea

Marie-Pierre Dubois-Petroff : Le poids des traditions reste important. Les souvenirs de maison de famille ou de vacances sont souvent de véritables sources d’inspiration, parfois inconscientes. Cependant, les personnes concernées par l’aménagement de leur intérieur sont aussi très ouvertes sur l’actualité du monde de la déco. Elles lisent beaucoup de magazines spécialisés, y découpent des photos, se constituent de petits dossiers d’images de toutes sortes. Les tendances de mode s’y retrouvent naturellement mais avec beaucoup de mesure dans la majorité des cas.

L’investissement financier nécessaire à la réalisation d’aménagements intérieurs freine les audaces les plus timides car beaucoup ont peur de se lasser de choix trop affirmés. A l’opposé, d’autres se laissent séduire par des modes sur papier glacé en négligeant l’adéquation avec leurs propres besoins. J’ai vu ainsi un certain nombre de vasques en inox installées dans des salles de bains familiales : les femmes de ménage ont démissionné ou exigé une augmentation ! Une fois encore, l’architecte doit faire preuve de psychologie et mettre l’accent sur des choix inadaptés ou sur le caractère anecdotique de certaines modes. Les clients attendent du recul et de la clairvoyance de la part de leur architecte et ils sont les premiers à lui reprocher de les avoir laissés faire des erreurs.

Dressing sous les combles Leroy Merlin

Dressing sous les combles ©Leroy Merlin

Travaux.com : Votre dernier titre concerne le gain de place. Ce dernier est-il si présent dans votre activité pour que vous y consacriez un ouvrage entier ?

Marie-Pierre Dubois-Petroff : La recherche de gain de place est effectivement une démarche récurrente dans un grand nombre de projets. Le manque de place devient un véritable problème car si la surface des logements citadins a tendance à se réduire, nos besoins au contraire ne cessent d’augmenter. La problématique est simple : il s’agit de faire rentrer le maximum de choses dans un minimum de place ! La recherche de gain de place implique un minimum de réflexion, de l’astuce, de l’ingéniosité et beaucoup de sens pratique. Il ne s’agit pas d’agrandir la surface habitable, ce qui est une autre démarche, mais plutôt d’optimiser la surface disponible, de libérer les espaces de vie et de circulation pour rendre la vie plus agréable.

Placard sous les escaliers Castorama

Placard sous les escaliers ©Castorama

Travaux.com : Comment gérer l’antinomie entre la diminution de la surface des logements et l’accumulation engendrée par la surconsommation de notre société ?

Marie-Pierre Dubois-Petroff : Se calmer sur la frénésie de consommation me paraît être une bonne idée car cette antinomie est en effet souvent difficile à gérer. On a beau optimiser la plus petite des surfaces, elle est vite saturée face à une consommation excessive. Par conséquent, la réflexion, pratique et technique, que nécessite une démarche gain de place s’accompagne bien souvent d’une autre réflexion, plus philosophique celle-là, sur son comportement de consommateur.

Il est important de freiner ses achats ou d’apprendre à trier avec rigueur, histoire de faire de la place pour les nouveaux arrivants dans les placards. Beaucoup d’entre nous ont des placards pleins à craquer de vêtements ou de chaussures qui ne voient pas le jour pendant des années, de piles d’assiettes soit disant démodées, d’accessoires divers souvent anecdotiques… Chacun son vice ! La première des disciplines du chasseur de place est de rester vigilant sur le contenu de ses placards et de ne s’offrir de nouveaux arrivants qu’à la condition express qu’une place ait été libérée pour les accueillir. Beaucoup de ces vêtements et objets étant susceptibles de rendre de précieux services à de plus démunis, il n’y a vraiment pas de quoi hésiter…

Salle de bains déco jaune© Leroy Merlin

Salle de bains déco jaune© Leroy Merlin

Travaux.com : Dans votre ouvrage, vous suggérez d’abandonner le mobilier classique au profit d’agencements réalisés sur mesure. Ne craignez-vous pas qu’une telle démarche ne s’adresse qu’à certains privilégiés, les réalisations sur mesure étant réputées haut de gamme ?

Marie-Pierre Dubois-Petroff : Les réalisations sur mesure sont effectivement réputées chères et plutôt haut de gamme, mais ce n’est pourtant pas toujours le cas. Je m’explique. La démarche gain de place est engendrée par un manque de place, nous raisonnons donc sur des petites surfaces. De même qu’une petite salle de bains, grâce à sa petite surface, peut s’offrir plus facilement des matériaux précieux, une réalisation sur mesure devient abordable quand ses dimensions sont raisonnables.

De plus, grâce au développement des grandes surfaces de bricolage, de nombreux produits et matériaux sont maintenant à la portée de tous, tant financièrement que techniquement. Par ailleurs, le recours à un ameublement traditionnel est souvent source de complications quand la place est comptée.

Prenons le cas de l’aménagement de la cuisine ou de la salle de bains. Dans les deux cas, la majorité des personnes s’adressent en premier lieu à des revendeurs spécialisés proposant des meubles dits ‘sur mesure’ mais jamais parfaitement adaptés au lieu.

Dans le meilleur des cas, le budget reste conséquent. Pourtant, des carreaux de plâtre ou de béton cellulaire (très abordables tous les deux) peuvent constituer une structure de meuble dessinée au centimètre près. Des étagères de bois ou de médium (économique et très facile à mettre en oeuvre) complètent l’installation et l’imagination et la créativité font le reste… Dans le même esprit, de simples étagères fixées au mur et dissimulées par une porte coulissante suspendue sur un rail fixé au plafond offriront davantage de rangements qu’un meuble haut classique et, bien que réalisées sur mesure, sont garanties beaucoup moins chères que des meubles standards.

Rangements dans et sous l'escalier © Archea

Rangements dans et sous l’escalier © Archea

Travaux.com : Pensez-vous si facile d’abandonner ses meubles traditionnels au profit d’aménagements certes plus créatifs, mais aussi plus impersonnels ?

Marie-Pierre Dubois-Petroff : Effectivement, cette démarche n’est pas à la portée de tous. Il n’est pas question de porter un jugement de valeur mais il est évident que nous n’avons pas tous les mêmes sensibilités et les mêmes goûts. Certains ont besoin de vivre entourés de meubles anciens patinés par le temps, alors que d’autres y sont indifférents. Si j’osais, je dirais que l’armoire normande de grand-mère et le placard agencé sur mesure ne jouent pas dans la même cour. Ils représentent deux visions différentes, deux mondes différents. Il n’y a pas de comparaison possible car il s’agit là d’une affaire de goût et l’important reste avant tout de se sentir bien dans ses meubles, quel qu’ils soient ! Nous constaterons cependant que le placard sur mesure est sans doute plus rentable en matière de rangement que l’armoire normande et sûrement moins encombrant…

Rangements dans l'entrée© Leroy Merlin

Rangement dans l’entrée ©Leroy Merlin

Travaux.com : De vrais gains d’espace sont-ils réalisables sans nécessiter cette analyse de ses propres besoins et fonctionnements ?

Marie-Pierre Dubois-Petroff : Cela me paraît difficile d’y échapper. La recherche de gain de place est en général déclenchée par des problèmes de fonctionnement au quotidien, par l’encombrement désagréable provoqué par des affaires qui traînent sans cesse, ou par la multiplication de gestes répétés inlassablement. Une simple analyse de fonctionnement fait rapidement apparaître les petites incohérences qui polluent le quotidien.

Par exemple, j’imagine que, comme beaucoup de personnes, vous cirez vos chaussures dans la cuisine, pourtant les cirages et les chiffons sont probablement rangés dans le placard à chaussure comme dans la majorité des cas. De même, de nombreux parents craquent devant les manteaux et les chaussures qui traînent dans l’entrée du logement alors qu’il suffit de prévoir des patères à la portée des enfants (même les plus jeunes qui se feront un plaisir d’y accrocher leur vêtement) et des placards accessibles facilement manipulables. Des rangements pratiques et efficaces doivent avant tout être logiques et faciles. Tout ce qui est d’usage quotidien doit être facilement accessible, tandis que les objets d’utilisation épisodique (les appareils à raclette ou à fondue, les affaires de ski ou de plongée, les archives de papier administratifs…) se réservent les rangements dont l’accès nécessite un tabouret ou un escabeau.

Dans un autre ordre d’idée, un peu de réflexion permet de réaliser que certains meubles ne sont pas toujours indispensables. Par exemple, la table de la salle à manger et ses six chaises occupent souvent un espace disproportionné par rapport à l’usage qui en est fait alors qu’une table console et des chaises pliantes stockées dans le volume d’un podium feraient sans doute aussi bien l’affaire et permettraient de dégager la surface au sol.

Aménagement Ikea

Aménagement ©Ikea

Travaux.com : La taille du logement, du studio à la grande maison, influe-t-elle ? Autrement dit, emplit-on à 40 ans sa maison de la même façon que l’on emplissait son studio à 20 ans ?

Marie-Pierre Dubois-Petroff : Si la recherche de place est surtout le fait des petites surfaces, il est vrai qu’on la retrouve parfois dans des maisons spacieuses. La raison en est simple, un mauvais fonctionnement et des habitudes de rangement incohérentes et peu pratiques donnent invariablement naissance à un désordre ambiant et à la sensation désagréable d’encombrement permanent. Du studio à la maison, ce n’est qu’une question d’échelle et de temps !

Assez logiquement, le fait de disposer d’une grande surface n’incite pas à la rigueur et l’accumulation se fait assez naturellement et insidieusement jusqu’à saturation des placards disponibles. Bon nombre d’entre nous ont fait l’expérience d’emménager dans un lieu plus grand, se sont extasiés dans un premier temps sur la quantité de placards et l’espace disponible et se sont plaints six mois ou un an plus tard du manque de place et de rangements !

Donc oui, on remplit sa maison à 40 ans comme on remplissait son studio à 20 ans si aucune prise de conscience n’est intervenue entre temps ! J’ajouterais que l’accumulation est naturellement plus importante à 40 qu’à 20 ans, c’est une question de longueur de parcours…

Travaux.com : Le particulier peut-il faire seul ce travail de réflexion et ensuite d’aménagement ou le recours à l’architecte, a priori neutre et bienveillant, est-il conseillé, voire obligatoire ?

Marie-Pierre Dubois-Petroff : Jamais obligatoire, à l’exception des cas définis par la réglementation, le recours à un architecte est toujours conseillé et ce n’est pas moi qui vous dirais le contraire ! L’architecte a l’avantage d’avoir un regard extérieur enrichi de ses compétences professionnelles. Son recul lui permet de déceler assez rapidement les disfonctionnements de la maisonnée, de repérer les places perdues et inexploitées. Avec un peu d’attention (on y revient !), il a vite fait de comprendre les manques et les besoins du lieu. A lui ensuite de proposer des solutions adéquates et astucieuses. Le travail de l’architecte a un coût que la réussite d’un agencement bien conçu compense largement.

Aménagement de salon Deavita

Aménagement de salon ©Deavita

Travaux.com : Pourriez-vous nous indiquer quelques pistes et astuces génératrices de gain de place dans la maison ?

Marie-Pierre Dubois-Petroff : En premier lieu, on va chercher à exploiter ce qui ne l’est pas encore. Les hauteurs sont un bon exemple car une simple étagère périphérique fixée sous le plafond crée un linéaire de rangement important dans une seule pièce. Composée de deux panneaux reliés par un tasseau en façade, cette même étagère peut permettre l’encastrement d’appareils d’éclairage et devenir ainsi un véritable élément décoratif.

Dans une recherche de gain de place, tout agencement gratuit doit être éliminé comme par exemple la création d’un podium uniquement pour surélever un lit ou un canapé. Un podium peut devenir une source de rangements appréciable qu’il serait dommage de négliger. Les agencements escamotables ont aussi un rôle à jouer car si nos besoins sont nombreux, les usages ne sont pas forcément quotidiens. La table de repas réservée aux invités peut fort bien se hisser contre un mur à l’aide d’une poulie, un lit peut s’escamoter dans un meuble, un plan bureau pivoter sur un axe pour se dissimuler sous un plan plus haut… Les possibilités sont nombreuses, les poulies, rails et roulettes en tous genres, très pratiques et pleines de ressource.

Le dernier aspect concerne l’esprit multifonction qu’il est important de développer. Il est en effet utile d’additionner des fonctions supplémentaires au mobilier de base. Ainsi, un lit ou un escalier deviennent facilement des mines de rangement en intégrant l’un des tiroirs, l’autre des coffres ou des étagères. Un tablier de baignoire, un canapé ou un garde corps pourront eux aussi intégrer toute sorte de rangements très pratiques. La récup’ et le détournement d’objet sont des piliers de l’esprit multifonctions qui est toujours une grande source d’imagination et de créativité.

Poster un commentaire

Une question ? Une réaction à cet article ? N'hésitez pas à laisser votre message ci-dessous:

Champs obligatoire

Vous êtes un professionnel

Opportunités de chantiers à saisir !

Être rappelé pour en profiter

Articles récents


Newsletter

Votre demande d'inscription a bien été prise en compte.

Professionnels du bâtiment

Nous avons des opportunités de chantiers pour vous !

Remplissez rapidement votre carnet de commandes avec des chantiers qui vous rapportent !

En savoir plus