Prix de la réparation d’une clôture en bois

Prix de la réparation d’une clôture en bois
Noter cet article

La peinture, le nettoyage et l’entretien régulier de votre clôture en bois sont autant d’aspects qui vont contribuer à la protéger des éléments et accroître sa durée de vie. Il vous faudra néanmoins procéder à des réparations si votre clôture est victime de moisissures, d’insectes comme les termites ou encore des assauts de dame Nature. L’étendue des dégâts, l’essence du bois et de nombreux autres facteurs entrent en ligne de compte dans l’évaluation des réparations à effectuer, ce qui va directement influer sur la facture finale. Un artisan sera bien sûr en mesure de déterminer tous ces paramètres, mais voici tout de même quelques informations utiles sur ce qui peut endommager votre clôture et calculer au plus juste le prix de la réparation d’une clôture en bois.

Prix de la réparation d’une clôture en bois : une clôture posée sur un terrain meuble

Cloture en bois

Cloture en bois

Le terrain sur lequel est implanté votre clôture en bois peut évoluer en raison de la neige et de la pluie. Le sol entourant les piquets peut ainsi perdre sa cohésion et ces derniers pourraient s’affaisser, compromettant ainsi la totalité de la clôture. Dans l’idéal, vos piquets doivent être enfoncés sur un tiers de leur longueur et au moins 80 cm (profondeur du hors-gel, variable selon les régions) pour éviter les affaissements lorsque le sol est gorgé d’eau. Si vous n’êtes pas certains que vos piquets atteignent cette profondeur, vous pouvez installer un fil tendu au sommet de la clôture qui fera office de niveau et vous indiquera lorsque votre clôture présente un ou plusieurs piquets ayant besoin d’être enfoncés davantage.

Prix de la réparation d’une clôture en bois : piquets et traverses en bois

Une clôture en bois se compose de piquets et de traverses, les premiers étant installés verticalement et les secondes horizontalement. Les causes de dégâts potentiels peuvent prendre de nombreuses formes. Fortes bourrasques, insectes de toutes sortes, gel et pourriture sont autant de phénomènes susceptibles d’endommager les composants de votre clôture en bois. Les réparations vont également dépendre de la configuration de votre clôture et de l’essence de bois utilisée. Il est cependant déconseillé de procéder soi-même aux réparations d’une clôture en bois, en particulier pour les traverses. Ces dernières contribuant à renforcer les piquets, des réparations insuffisantes peuvent provoquer davantage de dégâts, par exemple des piquets qui se brisent ou se renversent sous l’effet du vent (alors qu’ils auraient normalement dû résister).

Prix de la réparation d’une clôture en bois : dégradation naturelle

Le bois a tendance à pourrir lorsqu’il est soumis aux éléments. Il s’agit là d’une conséquence naturelle et vous pouvez y remédier en plaçant un renfort sur la zone pourrie. Suivant l’étendue de cette zone, il pourra s’avérer nécessaire de procéder à un remplacement pur et simple de votre clôture en bois, ce qui demandera un investissement plus important, mais aussi plus rentable à long terme. Certaines essences comme le cèdre rouge ou les essences exotiques sont moins vulnérables à la moisissure que d’autres, un critère de qualité qui s’accompagne d’un coût en conséquence. Vous pouvez également trouver dans le commerce des clôtures en bois qui n’ont pas été traitées mais sur lesquelles il est tout à fait possible d’appliquer une couche de vernis ou de peinture ou de lasure pour accroître leur longévité.

Prix de la réparation d’une clôture en bois : pores et fissures

Avec le temps et sous l’effet des insectes et des changements météorologiques, vous risquez de voir apparaître des trous et des fissures (gerces) dans votre clôture en bois. Ces signes de dégradations n’impliquent cependant pas qu’il faille remplacer la portion touchée. Lorsque la zone altérée reste restreinte, il suffit souvent de poser une nouvelle couche de vernis ou un renfort, mais en cas de dégâts étendus, les planches, panneaux et lattes endommagés vont compromettre l’intégrité de la clôture et doivent être remplacés. D’où l’utilité d’avoir toujours à disposition un peu de bois de la même essence, pour pouvoir procéder à des réparations de votre clôture en bois sans pour autant se retrouver avec une portion dépareillée.

Prix de la réparation d’une clôture en bois : vulnérabilité au climat

Il est recommandé d’appliquer une couche de vernis ou de peinture ou de lasure  sur votre clôture en bois pour la protéger des éléments et accroître sa longévité. Le type de produit que vous allez utiliser sera déterminant vis-à-vis de la protection offerte face aux assauts de dame Nature (à l’exception du vent et des insectes). Veillez à bien nettoyer la surface de la clôture en bois avant de la vernir ou de la peindre, car la saleté et la poussière empêchent le produit d’adhérer correctement.

Prix de la réparation d’une clôture en bois : piquets & portes de clôture en bois qui s’affaissent

Il arrive que les piquets de la clôture en bois s’affaissent du fait de la présence de pourriture au niveau de la partie enterrée. Il n’est cependant pas toujours nécessaire de les remplacer et certains propriétaires préfèrent creuser pour couler du béton autour de la base du piquet touché afin de lui assurer une nouvelle stabilité (après l’avoir remplacé, bien sûr). Il est également tout fait possible de placer un renfort diagonal pour contrebalancer l’affaissement, du béton venant là aussi maintenir renfort et piquet.

L’affaissement d’un portail provient parfois des piquets alentours qui sont eux-mêmes en train de s’affaisser, mais peut également être le fait d’une partie de la porte qui ne remplit plus correctement son rôle. Le portail peut également s’affaisser sous son propre poids et sortir de son cadre. Une possibilité de réparation consiste à installer une tige de tension avec tendeur. L’alternative nécessite de retirer la porte de ses gonds le temps de placer un renfort diagonal en bois.

Prix de la réparation d’une clôture en bois : panneaux de remplacement en bois

Une clôture en bois peut voir disparaître certains de ses panneaux à cause du vent (lors de tempêtes par exemple) ou de la pourriture et il faut alors les remplacer. Les frais à engager vont dépendre de l’essence de bois et de la peinture correspondant à la couleur en place et il faudra bien entendu tenir compte du nombre de panneaux manquants et de la main d’œuvre nécessaire. Le mieux reste de faire appel à un professionnel.

Prix de la réparation d’une clôture en bois : réparation de porte en bois

À l’installation, une porte de jardin fait toujours robuste et résistante. Elle s’ouvre et se ferme sans difficulté au gré des passages, mais avec le temps, les charnières peuvent se mettre à grincer, le loquet ne ferme plus, ou la porte ne revient pas correctement dans son cadre.

Les charnières vont poser problème lorsqu’une porte s’affaisse et même si le cadre est posé dans du béton, le seul poids de la porte peut suffire à faire ployer les gonds avec le temps. Un professionnel résoudra cependant ce problème sans difficulté en plaçant une petite roue à l’extrémité de la porte, afin de soutenir tout le poids et soulager les gonds, qui pourront alors retrouver toute leur efficacité. Cette solution ne fonctionnera toutefois qui si la roue se déplace sur un sol dur et régulier.

Certaines portes en bois sont dotées d’un loquet actionné par une poignée. Mais lorsque les piquets s’affaissent, le loquet peut ne plus être assez long pour arriver en butée et dès lors, la porte ne se referme plus. Il suffit de clouer de petites planches de chaque côté de la butée pour la rallonger. Le loquet vient ainsi se positionner entre les planches et la porte peut de nouveau fermer.

Prix des réparations d’une clôture en bois : les facteurs à prendre en compte

Hauteur de la clôture en bois

La législation française impose une hauteur minimum de 2,60 mètres pour les clôtures de séparation entre voisins et laisse la hauteur de la clôture devant la maison à la discrétion des mairies ou aux usages locaux si les communes n’ont pas fixé de règle. Cette hauteur s’élève généralement autour de 1,50 mètre, mais cette valeur n’est en aucun cas une obligation. Dans tous les cas, il s’agit d’un facteur à garder en tête au moment d’évaluer le prix de réparation.

Étendue des dégâts

L’étendue des dégâts que votre clôture en bois a subis impactera sur le prix des réparations, de même que l’essence de bois et le type de dégâts. Le bois traité en autoclave, par exemple, passe par un traitement composé de nombreux agents conservateurs, ce qui lui permettra d’avoir une durée de vie quasi illimitée. Idem pour le bois de cèdre qui tolère très bien le contact de la terre et qui n’aura pratiquement pas besoin de vernis ou de peinture par rapport aux autres essences pour supporter les assauts des éléments. Investir dans ce type de bois va réduire le risque d’avoir de gros travaux de réparation à mener. À l’inverse, une essence plus abordable implique davantage de risque de dégâts et une forte probabilité que le coût des réparations annule complètement les économies réalisées lors de l’achat.

Structure de support

Les piquets de clôture sont littéralement les piliers d’une clôture en bois et à ce titre, ils jouent un rôle primordial à ne pas négliger en cas de réparations. Lorsqu’un piquet en bon état quitte sa position initiale en raison des conditions climatiques (ou toute autre raison), il convient de le replacer, soit en coulant un bloc de béton à sa base, soit en l’enfonçant plus profondément. Suivant les dégâts qu’ils ont subis et leur influence sur le reste de la clôture, les piquets endommagés pourront être réparés, revernis ou remplacés. Le type de dégâts, la main-d’œuvre, le nombre de piquets et l’essence de bois sont autant de facteurs qui vont influer sur prix total des réparations à mener.

Fondations en béton

Libre à vous de décider si vous souhaitez ou non des fondations en béton pour vos piquets de bois. Si c’est le cas, il vous faudra déterrer les anciens piquets et les anciens blocs de béton s’il y a nécessité de les remplacer. Ceci fait, vous devrez ensuite couler de nouvelles fondations et placer le piquet en position avec un support le temps que le béton sèche. Autre possibilité, dans le cas d’une ancienne fondation, vous pouvez couper l’ancien piquet et creuser autour de sa fondation pour ensuite placer le nouveau piquet et couler votre béton directement sur l’ancienne fondation. Cela ne se fait cependant pas sans mal (ce qui a un coût) et il y a également un risque que votre piquet ne soit pas suffisamment enfoncé, d’où un risque de rupture accru en cas de bourrasque.

Sommaire

Vous aimerez aussi


Vous êtes un professionnel

Opportunités de chantiers à saisir !

Être rappelé pour en profiter

Articles récents


Demandez un crédit travaux
Les champs avec un * sont obligatoires.

Inscription Newsletter

Professionnels du bâtiment

Nous avons des opportunités de chantiers pour vous !

Remplissez rapidement votre carnet de commandes avec des chantiers qui vous rapportent !

En savoir plus

scroll