Accueil > Déco > Peinture > Faut-il craindre la peinture au plomb ?

Faut-il craindre la peinture au plomb ?

C’est souvent lors d’un projet de rénovation que l’on découvre d’anciennes couches de peinture au plomb. Pas de panique, il n’y a pas de danger immédiat. Il convient pourtant de prendre quelques dispositions, en attendant une future réglementation qui paraît inévitable.

Faut-il craindre la peinture au plomb ?Le plomb est un problème de santé public. Largement utilisé dans les canalisations d’eau et la peinture, il est responsable de maladies, du type encéphalopathies ou anémies, et plus généralement des cas de saturnismes. Les premiers touchés sont naturellement les enfants qui ont plus de difficultés à évacuer les éléments de plombs inspirés et/ou ingérés que les adultes. De fait, l’interdiction d’utilisation de la peinture au plomb date de… 1948.

Pourtant beaucoup de bâtiments anciens ont encore sur leurs murs, souvent de vieilles couches maintes fois repeintes, de la peinture au plomb. Du coup, il existe une demande de la part des particuliers, lors de leurs travaux de rénovation, pour vérifier qu’il ne reste pas quelques traces du produit incriminé.

Dans ce cas, la demande d’information peut se transformer en ordre de retirer des murs les couches de peintures à plomb. Président du Groupement des professionnels Peinture – Ravalement – Finition (GPPF), Michel Sénéchal raconte à ce sujet une anecdote : «Sur une importante opération de rénovation, un client s’est rendu compte que parmi les anciennes couches de peintures sur les murs, une d’entre elles a été réalisée avec de la peinture au plomb. Il a donc demandé à ce que tous les murs soient déplombés et rabotés pour obtenir à nouveau des surfaces planes». Un coût que tous les particuliers ne sont pas forcément disposés à inclure dans leur budget.

Qu’elle est donc la réalité de ce danger? Si le responsable du GGPF reconnaît le caractère dangereux de la peinture au plomb, il précise que cette nocivité n’est réelle qu’en cas de dégradation de la couche appliquée sur le mur. «Lorsqu’elle est en bon état ou lorsque d’autres couches de peintures sont passées dessus, elle ne présente pas de risque», assure Michel Sénéchal.

Toutefois au vu de ce qui se passe dans la distribution de l’eau – où depuis fin 2003 et conformément à une directive européenne de 1998 sur le taux de plomb dans l’eau toutes les anciennes canalisations en plomb doivent avoir été remplacées -, il estime que son secteur va peut-être devoir s’adapter. En effet Michel Sénéchal pense qu’à l’avenir l’objectif de santé public, c’est à dire retirer toute trace de plomb, peintures comprises, risque de prévaloir, même si les risques sont contenus. Si le budget le permet, autant donc s’en débarrasser tout de suite, même si la loi ne l’exige pas (pas encore) formellement.

Attention cependant, il convient dans ce cas de faire impérativement appel à des professionnels. Ils effectueront d’abord des évaluations avant d’entreprendre les travaux munis des protections nécessaires, puisque ce sont les écailles et les déchets de ce type de peinture qui sont pathogènes. A noter enfin que pour ce genre d’opération, il existe des aides financières accordées par diverses agences comme l’Agence nationale pour l’Amélioration de l’Habitat (ANAH), voir notre article Les subventions de l’Agence Nationale pour l’Amélioration de l’Habitat (ANAH), ainsi que notre dossier : Aides et Subventions.

Lire sur le sujet notre article : Plomb dans la peinture ou les canalisations : quel danger ?

Christophe Leray

Commentaires

1


  • emmanuelcozic Publié le

    La peinture au plomb offre 2 grands avantages :

    1. Elle évite l’humidité et donc le froid et les pourritures (champignons) se développant sur les murs, ainsi que de nombreuses maladies qu’elles provoquent sur l’homme.
    Ensuite il y a de très nombreuses modalités sanitaires, d’entretien et réparations à effectuer, ce qui coûte beaucoup d’argent à une population assez pauvre.
    2. Elle évite de par sa nature, les effets nocifs et encore peut médiatisés des ondes et fréquences très cancérigènes. De très nombreux rapports diffusés exclusivement sur internet.

    Et 2 inconvénients :

    1. Evitant l’entrer d’ondes, il est plus compliquer d’écouter la radio, d’utiliser son téléphone portable ou la Wifi.
    2. Si on lèche les murs, on peut être très malade. Mais faut-il encore vouloir lécher les murs !

    Et 1 inconvénient primordial :

    1. Si elle était restée en vente, elle aurait évitée de nombreuses maladies à l’homme et aucune réparation majeure ou entretien des bâtiments. Cela aurait donc été pour le capitalisme, quelque chose de dramatique car moins d’emplois : 1 malade provoque des emplois pour le faire soigner et toute la logistique qui va avec. Donc moins d’argent à récupérer grâce aux transactions financières. Les maladies sont facteurs toujours aussi porteurs pour le développement économique d’un pays capitaliste et donc enlever un produit nocif mais peut dangereux si bien utilisé, est plus rentable que de le laisser en place. Car en France, comme dans de très nombreux pays dans le monde, c’est l’argent qui est garant du bien être des hommes.

  • Poster un commentaire

    Javascript doit être activé dans votre navigateur pour pouvoir ajouter des commentaires.

    Articles récents


    Demandez un crédit travaux
    Les champs avec un * sont obligatoires.

    Inscription Newsletter

    Professionnels du bâtiment

    Boostez vos affaires !

    Avec nos solutions Boost Box, développez efficacement votre présence sur Internet pour accélérer votre activité commerciale et signer de nouveaux chantiers.

    En savoir plus

    scroll