Accueil > Travaux > Isolation > Cellubio : quand l’isolation devient plus écologique

Cellubio : quand l’isolation devient plus écologique

Innovation primée en 2002 au niveau européen, le produit d’isolation ‘Cellubio’ de Patrick Aubert concilie simplicité d’usage et respect de l’environnement. Son secret, il utilise une matière peu usitée : la boue papetière.

Cellubio : quand l’isolation devient plus écologiqueAujourd’hui, les différentes étapes de construction ou de rénovation d’un logement ne peuvent plus être considérées comme préjudiciable à l’environnement. Les professionnels, sous l’impulsion des évolutions législatives et réglementaires, mais aussi de leur propre chef, par l’intermédiaire des associations et organisations professionnelles adoptent des démarches respectueuses de la nature, la principale étant la démarche HQE (Haute Qualité Environnementale)

(voir à sujet notre article : Maîtrise de l’énergie)

Tout cela sans compter la demande des particuliers eux-mêmes, au fait des grands thèmes comme l’écologie et le développement durable. D’où un choix plus minutieux en ce qui concerne les matériaux et ce, dans tous les aspects d’une construction ou d’une rénovation.

Ainsi, en ce qui concerne l’isolation, la personne désireuse de revoir cet aspect pour sa toiture, sa protection thermique ou sonore a le choix entre plusieurs options ‘écolo’. Elle peut par exemple opter pour des isolants en chanvre, une plante, qui, une fois traitée est utilisée sous forme de panneaux ou de granulés en vrac. Ou encore, le maître d’ouvrage peut demander aux professionnels d’avoir recours à de la laine de mouton brute.

Avec ‘Cellubio’, un produit primé en 2002 au niveau européen pour son degré d’innovation, Patrick Aubert propose une autre solution. Son produit isolant, commercialisé depuis septembre 2003, est composé d’une autre matière première peu banale, la boue papetière, un déchet issu du processus de fabrication du papier. «Nous sommes les seuls à l’utiliser pour l’isolation», assure l’entrepreneur. «La seule société utilisant la même matière première se situe… au Canada».

Tout est parti de l’activité principale de Patrick Aubert. Responsable d’A.P.I.I, une société de flocage/déflocage, il recevait de plus en plus de questions de clients inquiets quant à l’usage de l’amiante, produit dont la nocivité n’est plus à démontrer. Cherchant une solution adéquate à ces inquiétudes, il a effectué plusieurs recherches, toutes tournées vers le respect de l’environnement. «Nous avons testé par exemple le chanvre ou la vermiculite (un silicate d’alumine et de magnésie d’origine naturelle. NdlR)», raconte-t-il. «Le problème est qu’il s’agit de matériaux difficiles à mettre en œuvre, sans classement au feu et dont les coûts sont faramineux par rapport aux isolants classiques».

Patrick Aubert s’est alors intéressé au papier recyclé pour découvrir que, finalement, «ce n’était pas acceptable, car le matériau comprenait de l’encre, donc des métaux lourds ; de plus, l’aspect gris, qui change de couleur avec la luminosité n’était pas terrible non plus». Après trois ans de recherche, ayant remonté jusqu’aux sources de la filière papier, il touche enfin au but. «Nous avons finalement opté pour la boue papetière», explique-t-il.

Cellubio : quand l’isolation devient plus écologiqueL’entrepreneur récupère chez les papetiers les excédents de matière non traitée chimiquement, à base de copeaux de bois broyés, qui étaient auparavant destinés à l’agriculture comme humus dans les champs. Toujours dans l’optique de rester «100% naturel», la boue papetière est ensuite traitée à la chaux pour la stabiliser, au sel de bore pour éviter les champignons et à un insectifuge répulsif anti-acariens naturel, composé d’huile de géranium, glycérine, huile de coco. Les agriculteurs ne sont pas pour autant lésés puisqu’une directive européenne prévoit de toute façon d’interdire d’ici 2006 l’emploi de boue papetière dans les champs agricoles.

Au final, la présentation du produit fini «ne diffère pas des autres produits présents sur le marché de l’isolation», explique Patrick Aubert. Par contre, tout l’intérêt de ‘Cellubio’ réside dans son application, qui ne diffère pas des méthodes existantes. Il peut très bien être utilisé en soufflage, épandage ou flocage. Par conséquent, le professionnel de l’isolation peut utiliser ses outils habituels. Quant au coût, «s’il est équivalent à ceux pratiqués pour les isolants traditionnels, comme la fibre de roche, il est de 25 à 30% moins cher que les autres produits ‘naturels’, comme le chanvre ou la laine de mouton», affirme Patrick Aubert.

Cellubio‘ dispose également de garanties quant à sa qualité, puisque le produit a obtenu une certification de la Direction régionale de l’industrie, de la recherche et de l’environnement (DRIRE) en tant que produit innovant et d’une classification M1 de réaction au feu par le Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB) et est déjà utilisé pour des opérations chez les particuliers ou encore pour des opérations plus importantes. Par exemple, Patrick Aubert a récemment remplacé 2.100 m² d’isolation en polystyrène par ‘Cellubio’ dans trois immeubles à Créteil (94), appartenant à une société immobilière. «Ce type de demande représente approximativement 40% de notre volume de vente», indique-t-il.

Cellubio : quand l’isolation devient plus écologique‘Cellubio’ est également sur le marché de l’isolation des contre-cloisons des maisons en bois ou des combles des maisons traditionnelles ce qui, selon l’entrepreneur, constitue 15% de son chiffre d’affaires, le reste des ventes se répartissant auprès des négociants. Si l’entrepreneur réfléchit déjà à de prochaines applications, et particulièrement une déclinaison du procédé «sous forme de panneaux», son objectif est aujourd’hui de développer son produit dans l’activité du flocage à travers un réseau d’entreprises spécialisées. Reste donc à voir si les professionnels vont adhérer et proposer à terme la boue papetière de ‘Cellubio’ comme une option d’isolation à part entière et sur une plus grande échelle.

Christophe Leray

Poster un commentaire

Javascript doit être activé dans votre navigateur pour pouvoir ajouter des commentaires.

Vous êtes un professionnel

Opportunités de chantiers à saisir !

Être rappelé pour en profiter

Articles récents


Demandez un crédit travaux
Les champs avec un * sont obligatoires.

Inscription Newsletter

Professionnels du bâtiment

Nous avons des opportunités de chantiers pour vous !

Remplissez rapidement votre carnet de commandes avec des chantiers qui vous rapportent !

En savoir plus

scroll