Accueil > Travaux > Construction > L’étude géologique: une étape essentielle avant la construction

L’étude géologique: une étape essentielle avant la construction

L’étude géologique analyse les caractéristiques d’un sol destiné à recevoir un bâtiment. Guillaume Raspini, ingénieur géotechnicien pour le bureau d’études Aqu’ter à Gap, spécialisé en géotechnique, hydrogéologie, assainissement non collectif, creuse pour nous la question de cette étape cruciale avant tout projet de construction.

L’étude géologique: une étape essentielle avant la constructionTravaux.com: A quoi sert une étude géologique?

L’étude géologique a pour objectif de prévenir tous les risques naturels (chute de bloc, glissement de terrain, inondation, sismicité, phénomène de retrait-gonflements des argiles, remontée de nappe phréatique, tassement excessif de sol compressible…) qui pourraient déstabiliser l’ouvrage et ceux environnants. Une grande partie de ce travail se concentre sur l’interaction entre le sol de fondation et la structure. L’étude doit se conclure par le dimensionnement d’ouvrages (fondation, protection) garantissant la stabilité du bâtiment à long terme.

Travaux.com: Est-ce que cette étude est importante sur les chantiers de particuliers?

Sur un projet de particulier, où le budget est serré, l’impact financier de nos préconisations est primordial. Ainsi, nos missions peuvent être menées dans une optique de dimensionnement économique (allégement des coûts : fondation, mur de soubassement, plancher bas…). Néanmoins, cela nécessite d’aller vers un niveau d’étude approfondie.

Travaux.com: A quel moment du projet doit-on faire réaliser cette étude géologique?

L’étude géologique: une étape essentielle avant la constructionUne étude géologique doit s’inscrire très en amont du projet.
L’étude géologique se décompose en missions dites géotechniques dont la norme NF P 94-500 de décembre 2006 définit clairement le contenu, la classification et l’enchaînement de celles-ci.
Dans la première phase appelé G1, on peut distinguer :
- Un premier niveau (G1.1) qui permet de lever les grands ensembles géologiques d’une parcelle afin de zoner les différentes possibilités d’implantation et leurs problématiques géotechniques. Cette étape se réalise à l’acquisition de la parcelle.-
Un deuxième niveau (G1.2), plus avancée et qui donne une première approche du type de fondation et des dimensions. A ce stade, l’implantation de l’ouvrage est déjà arrêtée et les plans de masses sont finalisés (type de construction, emprise au sol, nombre d’étage…)
Pour un projet de particulier, il est très rare d’aller au-delà de ces missions d’avant-projet.

Travaux.com: Cette étude est-elle obligatoire pour les particuliers?

L’étude géologique: une étape essentielle avant la constructionNon, elle ne l’est pas systématiquement. Cependant, lorsqu’elle n’est pas obligatoire, cette étude est vivement recommandée.
Si le Plan de Prévention des Risques Naturels (PPRN) est en vigueur sur une commune, son règlement impose quasi systématiquement une étude géotechnique sur les zones sensibles (glissement de terrain, phénomène de retrait-gonflements des argiles, remontée de nappe phréatique…).
Sur certains territoires administratifs, cette étude peut même directement être imposée par les règlements du Plan Local d’Urbanisme (PLU) ou du Plan d’Occupation des Sols (POS).
Enfin, de très nombreux maîtres d’œuvre (architecte, constructeur, promoteur…) ont recours à cette étude comme outils de travail.

Travaux.com: A quels risques s’exposent les particuliers qui choisissent de construire sans faire réaliser d’étude de sol au préalable?

Ils placent toute la responsabilité de la stabilité de l’ouvrage dans la société en charge des travaux. Cela peut être à double tranchant avec des travaux sur-sécuritaires générant des surcoûts. Dans d’autres cas, on voit des conceptions insuffisantes (absence de fondation, de chainage) engendrant des sinistres.

Travaux.com: Tous les types de sols peuvent-ils accueillir tout les types de construction?
Oui, disons que techniquement tout est possible et une solution pourra être trouvée, mais à quel prix… !

Travaux.com: Combien coûte en moyenne une intervention pour étude? Existe-t-il des facteurs pouvant faire monter ou baisser le devis?

En moyenne, pour un projet d’habitation individuelle standard, on peut chiffrer une étude géotechnique phase G1 entre 1700 et 2400 € TTC.
Au préalable, je me permets de rappeler que nos missions ne sont pas de simples formalités administratives. La norme NF P 94-500 souligne : « L’expérience montre que tout investissement fait par le maître d’ouvrage en phase de conception pour la maîtrise des risques liés au site et aux sols est hautement rentable [...]. » Logiquement, c’est le type et le nombre d’investigation qui font sensiblement varier les prix.
Chaque projet est spécifique et un devis devrait être édité au plus juste en fonction de la géologie présumée. Cependant, pour ces “petits” projets, une base forfaitaire d’investigations minimales est très souvent proposée et réalisée. Des compléments sont envisagés en cas de complexité (analyse laboratoire d’échantillon, essai pressiomètriques…).
Lorsque plusieurs lots de terrains sont viabilisés en même temps, les clients ont la possibilité de mutualiser leur étude à plusieurs propriétaires. Cela permet de faire baisser les prix. Enfin, un client peut mettre à disposition un tractopelle pour des fouilles de reconnaissance. Cela permet de réduire le coût lorsque l’engin appartient à la famille, un ami voire au futur terrassier en charge des travaux.

Le bureau d’étude Aqu’ter situé sur Gap est spécialisé en géotechnique, hydrogéologie, assainissement non collectif et formations

Commentaires

4


  • alienor Publié le

    Bonsoir,
    Une étude de sol a été réalisée en amont de la construction de ma maison. Au final, l’étude a révélé un sol argileux, ce qui a généré un devis complémentaire de 6000 euros suite à l’étude de sols, devis que j’ai accepté. Puis lors des fondations, il s’est avéré que le sol était tant argileux que calcaire, ce qui a généré 40 m3 de béton en plus…. le problème, c’est que je n’étais pas contre le fait d’un complément, mais à la suite de l’étude de sols, une fois réglés les 6000 euros, j’ai utilisé “mon enveloppe maison” qui me restait à d’autres dépenses pour la maison, et aujourd’hui, je suis dans l’obligation de régler le surplus de béton, qui en fait aurait dû être évalué à l’étude de sols…. (je n’aurais pas dépensé le surplus d’enveloppe) mais l’étude était erronée… Bref, suis je dans l’obligation de régler ce surplus (qui a été mis sans acceptation de devis de ma part…) ou la responsabilité de l’étude de sol peut être elle engagée ?
    Un grand merci par avance. Patricia 17 octobre 2012

  • diddde Publié le

    Bonjour,

    La mission de reconnaissance devait certainement être une G12 (Etude faisabilité géotechnique) avec des préconisations mais en aucun cas des quantités exactes de béton à mettre en oeuvre (cas de la mission G2 ou Projet). Le bureau aurait pu vous proposer des fondations sur pieux acier vissés dans le sol, par exemple…Par ailleurs, je ne sais pas où est localisé le site mais le bureau d’étude doit bien connaitre la région et adapter son étude en fonction…
    En tant que Géologue/Géotechnicien, je déplore ce genre d’agissement qui ternisse une réputation déjà mal perçu par les gens en général.

    Mais il ne faut pas oublier une règle: C’EST L’OUVRAGE QUI S’ADAPTE AU TERRAIN ET NON L’INVERSE…!

  • alexlie Publié le

    Bonjour,

  • alexlie Publié le

    Bonjour,
    Nous rencontrons des problèmes sur une maison achetée il y a 2 ans et demi, dont la construction date de 1890, avec des rénovations datant de cinq-six ans, réalisées par l’ancien propriétaire et des fissures déjà présentes mais stables jusqu’alors. Elle est en léger contre bas (1m env.) d’une route autorisée à des 19T pour la desserte d’une zone d’activité ( grand dépôt d’autocars, camions bennes, poids-lourds) dans laquelle ont été faites deux longues tranchées de part et d’autres pour des travaux d’électricité et réseaux pluviaux, mal rebouchées. Depuis, la construction subit plusieurs fois par jour, tous les jours, des vibrations aux passages des véhicules lourds, plus forte depuis les deuxièmes travaux. Nous voyons apparaître des micro-fissures sur les murs qui n’existaient pas avant et les craquements des murs intérieurs accompagnent les vibrations quand les vitesses des véhicules dépassent largement la limitation. De plus, j’ai l’impression que les anciennes fissures se fragilisent. Ceci m’inquiète et je souhaitais savoir si une étude des sols ou de la structure de la route est plus appropriée qu’une expertise des fissures et autres dommages sur la construction, ou si ça revient au même. Et que peut-on craindre ou espérer après cette ou ces études ? Je remercie d’avance pour l’avis qu’on me donnera. Très cordialement.

  • Poster un commentaire

    Javascript doit être activé dans votre navigateur pour pouvoir ajouter des commentaires.

    Articles récents


    Demandez un crédit travaux
    Les champs avec un * sont obligatoires.

    Inscription Newsletter

    Professionnels du bâtiment

    Boostez vos affaires !

    Avec nos solutions Boost Box, développez efficacement votre présence sur Internet pour accélérer votre activité commerciale et signer de nouveaux chantiers.

    En savoir plus

    scroll