Suivez-nous sur :

Le retour gagnant de la brique

Noter cet article

Le choix du matériau de base d’une maison individuelle se révèle primordial. Il conditionne l’isolation thermique et phonique, la protection contre l’humidité et la qualité de vie de votre habitation. La brique en terre cuite, longtemps considérée comme le matériau du pauvre, remplit parfaitement toutes ces fonctions en préservant, dans le temps, la valeur de votre patrimoine.

Le retour gagnant de la briqueMaison de ville ou de campagne, en matériau de base ou en produit de parement sur du béton, la brique revient en force dans toutes les régions ; selon Batim Etudes, un observateur du marché de la construction, en 2005, 28% des maisons ont été bâties avec des briques en terre cuite de tous types.

Quels sont les qualités et les avantages de la brique ? Où peut-on en trouver ? A qui s’adresser pour faire construire une maison en briques ? Durée du chantier, prix ? Bref tout ce que vous devez savoir sur le plus vieux matériau manufacturé du monde de nouveau au goût du jour.

Selon les historiens, la brique de terre cuite remonte à 4 ou 5.000 ans avant J.C., en Mésopotamie. On la retrouve aussi sur le seul ouvrage humain visible de la Lune, la Grande Muraille de Chine, dans les jardins suspendus de Babylone, l’une des 7 merveilles du monde, elle constitue la structure du Taj Mahal. En France, les manifestations les plus spectaculaires des qualités de souplesse d’emploi et de polyvalence de ce matériau restent la cathédrale d’Albi et le surnom donné à Toulouse (la ville rose) en rapport avec les nombreuses maisons et bâtiments qui y sont construits en brique.

La brique était progressivement tombée en désuétude notamment après la seconde guerre mondiale, quand il a fallu construire vite et pas cher. Les industriels se sont alors appuyés sur le béton, les parpaings et le ciment qui ont supplanté les autres matériaux. La crise de l’énergie aidant, on en revient désormais à la brique, un mouvement accompagné (voire initié) par des architectes branchés environnement mais aussi par la mise sur le marché de produits comme le Monomur*, sans oublier les efforts des fabricants pour convaincre les maçons. “Les gammes de couleurs se sont également élargies, on trouve ainsi des briques apparentes, rouge jaunes, orangées”, précise Caroline Lestournelle, déléguée générale de Briques de France, le groupement économique des principaux fabricants de briques, qui explique que, historiquement, “on construit souvent en briques près des gisements d’argiles, dans le Sud Ouest, le Nord Pas de Calais, sur la façade atlantique, en Alsace et en Gironde, où 90% des maisons sont en briques”.

Le retour gagnant de la briqueAujourd’hui, si vous désirez faire construire une maison en brique, elle sera bienvenue partout en France, confirme Mme Lestournelle. “Il n’y a pas de région où elle est interdite de séjour”, dit-elle. Il vous faudra pourtant respecter les règles locales d’urbanisme, surtout si vous projetez de vous installer dans un site classé (autorisation des monuments historiques) ou dans une copropriété ou un lotissement aux règles parfaitement établies.

On distingue deux types de briques :

  • la brique pleine (sans alvéole), qui peut être laissée apparente ou être employée comme matériau de parement ;
  • la brique de mur (l’ancienne brique creuse) à perforations horizontales ou verticales, plus légère et plus isolante, généralement enduite.

Le retour gagnant de la briqueCette dernière est la plus couramment utilisée, confirme Stéphane Alcon, le dirigeant des Villas Colnem, une entreprise située à Bouillarges, près de Nîmes (30), spécialiste depuis 30 ans de la construction en briques : “Tout d’abord, il faut savoir que la pose de la brique, qui s’effectue au laser, est un métier très spécifique. Nous avons ainsi formé tous nos maçons poseurs de briques”, explique-t-il. “90% des maisons que nous bâtissons dans le Languedoc Roussillon se font en brique épaisseur 20, à cannelures verticales reliées entre elles par un joint d’1mm de résine pour permettre une circulation d’air (le meilleur des isolant), du bas jusqu’en haut du mur. On obtient ainsi la même isolation que celle générée par 3 agglos (soit 60cm d’épaisseur de mur) et on ajoute à l’intérieur un léger complément isolant (polystyrène et plâtre), pour un prix sensiblement égal à une construction toute en agglos”, dit-il.

Le retour gagnant de la briqueAutre solution proposée par notre spécialiste à l’accent chantant : le Monomur (qui existe aussi en 30, de 37 et 50cm d’épaisseur), une brique toujours à cannelures verticales mais dont la technologie dispense d’ajouter la moindre isolation supplémentaire. “Pour une villa bâtie avec du monomur de 30, il faut compter un surcoût d’environ 10% et le chantier durera entre 5 et 7 mois, Mais vous aurez une maison aux multiples avantages”, assure M. Alcon avant d’en détailler les principaux :

  • un confort thermique qui influera notablement sur votre facture de chauffage. La brique accumule la chaleur la journée et la restitue la nuit. “Avec la brique, plus de choc thermique. Dans notre région, nous l’utilisons aussi pour construire des caves coopératives viticoles en briques, ce qui permet d’assurer une température constante au vin”, dit-il ;
  • la préservation de la qualité de l’air intérieur avec l’absence de condensation et de moisissures, grâce aux grandes capacités d’absorption de la terre cuite qui rendent la maison plus saine ;
  • une très grande résistance au feu.

La brique, c’est décidément l’un des bons choix pour votre future maison individuelle.

Le retour gagnant de la briqueLa brique pleine autoporteuse, en doublage de murs bétons, revient également à la mode. Les architectes apprécient l’épaisseur et la tenue qu’elle donne aux façades, pour un prix souvent moins élevé que la pierre agrafée ou que le béton préfabriqué poli. Mieux que les plaquettes fines de terre cuite, elle permet de creuser les joints pour donner corps aux parois et de retourner le doublage dans les tableaux de baies avec des angles massifs.

Nécessitant beaucoup de soins dans le détail des mises en oeuvre, la pose de la brique requiert du temps – un homme pose en moyenne 3m² de façade par jour – et de l’argent. Cela explique en partie que la brique traditionnelle reste cantonnée en France, sauf exception, à un rôle de parement. En tant qu’élément porteur, elle a été remplacée par des éléments de terre cuite de plus grandes dimensions

* Lire notre article consacré à cette brique nouvelle génération ‘Le Monomur thermopierre ou terre cuite, une véritable alternative au parpaing‘.

Vous aimerez aussi


Poster un commentaire

Javascript doit être activé dans votre navigateur pour pouvoir ajouter des commentaires.

Sites Partenaires

Guide des prix

Demandez un crédit travaux

Isolation


Articles récents


  © Copyright 2014 - Travaux.com. All Rights Reserved.