Accueil > Travaux > Construction écologique > La maison passive: exemple modèle de construction écologique

La maison passive: exemple modèle de construction écologique

Malgré son nom, la maison passive agit sur bien des plans afin de limiter la consommation énergétique nécessaire à ses habitants. Pour atteindre à l’idéal de cet habitat autonome, la construction doit allier une implantation idéale avec une isolation et un équipement adéquat. Explications.

La maison passive: exemple modèle de construction écologiqueUne maison passive est un habitat qui consomme très peu d’énergie au m², ou dont la consommation est entièrement assumée par le stockage de l’énergie solaire combinée à une excellente isolation. Pour être considérée comme passive, les dépenses en énergie primaires de la maison ne doivent pas dépasser les 42Wh/m²/an. Une performance exemplaire quand on sait que la majeure partie des résidences neuves utilisent entre 80 et 100 kWh/m²/an uniquement pour les besoins en chauffage.

Une orientation bien pensée

La maison passive: exemple modèle de construction écologiqueUn des principes essentiels de la maison passive repose sur l’utilisation de l’énergie solaire. L’orientation de la maison est un donc point clé à prendre en compte au tout début du projet de construction. Dès l’achat du terrain, il faudra donc vérifier que celui-ci bénéficie d’une bonne exposition au sud pour profiter de la chaleur du soleil en hiver. Cette démarche d’intégration du bâtiment en fonction de son environnement est dite “bioclimatique”. Attention toutefois, l’habitat bioclimatique ne doit pas être confondu avec l’habitat passif qui contrairement aux maisons bioclimatiques (nécessitant des équipements de chauffage) va plus loin en se chauffant et se refroidissant de façon autonome. A savoir également: les constructions passives peuvent être adaptées à des climats très différents. La localisation géographique ne devra donc pas être un frein pour le projet.


Une température agréable quelle que soit la saison

Profiter au maximum du soleil en hiver cela se conçoit, mais que faire lors des grosses chaleurs en été? La véritable performance de la maison passive est d’arriver à garder une température agréable quelle que soit la saison. Pour cela, la première astuce consiste en l’installation de protections au sud tels que des auvents, casquettes, stores ou débord de toiture. L’angle d’inclinaison de ces débords permettra de laisser passer la lumière en hiver et de stopper les rayons durant les périodes chaudes. Toujours dans l’approche bioclimatique, penser l’orientation en fonction de la végétation environnante (un grand arbre par exemple) qui apportera de l’ombre en été et protégera des vents en hiver, est aussi une solution envisageable.
La maison passive: exemple modèle de construction écologiqueEn Alsace, la famille Rieffel qui s’est lancé dans la construction d’une maison passive en 2007 a fait monter une paroi de béton brut au milieu de la pièce principale, face à la baie orientée plein sud. “Notre mur de refend en béton est une véritable pile énergétique alimentée par le soleil et l’effet de serre, explique Laurent Rieffel. Il peut stocker au alentour de 1500kw et mettra environ 5 heures pour se refroidir ou se réchauffer.” La maison se chauffe ou se refroidit donc toute seule en partie grâce à cette paroi, qui apporte en outre un petit plus décoratif.

Priorité absolue à l’isolation

La maison passive: exemple modèle de construction écologiqueFaire entrer la chaleur ou garder la fraîcheur est essentiel, mais cela s’avérerait impossible sans une isolation optimale. C’est le principe de base de la maison passive, avec comme éléments sensibles, les fenêtres, responsables on le sait de 10 à 15% des pertes d’énergie d’une maison. Exit donc le double vitrage réservé aux maisons “basse consommation” et priorité au triple vitrage. Seul inconvénient de ces nouvelles fenêtres: le châssis. La maison passive favorisera donc les grandes aux petites ouvertures.
Au niveau des isolants, ceux employés dans les maisons passives sont trois fois plus épais que dans une construction traditionnelle. Le système d’isolation est réalisé par l’extérieur pour englober la construction, et éviter ainsi les ponts thermiques. En terme de matériau, Laurent Rieffel, tout comme de nombreux particuliers ayant construit passif, confie avoir fait le choix de la ouate de cellulose pour son aspect “plus économique, mais aussi parce que c’est un matériau athermique, isolant bien et ne gardant pas la chaleur”.

Une ventilation performante

La maison passive: exemple modèle de construction écologiqueConséquence logique de la très forte étanchéité du bâti, la maison devra être ventilée avec soin, notamment pour permettre de garder une température intérieure agréable en évitant que le stockage de la chaleur devienne incommodant. La ventilation permettra aussi de conserver une bonne qualité d’air dans la maison tout en empêchant l’humidité de s’installer. L’équipement privilégié pour ce type de tâche est la ventilation mécanique contrôlée (VMC) à double flux qui a comme double fonction de souffler de l’air neuf et d’extraire l’air vicié de l’habitat. Pour rafraîchir au maximum, la maison passive pourra également être équipée d’un puits provençal (ou canadien) qui achemine de l’air frais du fond du jardin jusque dans la maison. Ce type de système est à privilégier dans les régions très chaudes ou la ventilation et l’isolation ne suffisent pas à maintenir la fraîcheur en été et sa construction devra être envisagé dès le début des travaux.

Maison passive : Rentabilité et économie sur le long terme.

La maison passive: exemple modèle de construction écologiqueL’équipement d’une maison passive mise sur les énergies renouvelables. L’électricité est assurée par des panneaux photovoltaïques, l’alimentation en eau chaude par un chauffe-eau solaire et les appareils ménagers sont économes. Si on peut chiffrer qu’une maison passive coute environ 20% de plus qu’une construction traditionnelle, sa consommation d’énergie ne représente que 25% de celle d’une maison “classique”. Le modèle passif permet donc de réaliser des économies d’énergie non négligeables sur le long terme. Pour les particuliers qui ont fait ce choix c’est aussi une façon de s’engager pour l’environnement. “Ce qui nous a motivés, c’est l’impact écologique que pouvait avoir notre maison”, explique Laurent Rieffel. Pour faire face au surcoût, certaines concessions certes doivent être prises. “Nous avons fait le choix entre la vie de château et le confort de vie” confie Laurent Rieffel. “Au début, nous voulions une maison bioclimatique, mais nous avons finalement décidés de pousser la démarche jusqu’au passif. Pour réaliser notre maison passive il a fallu réduire la superficie afin de rentrer dans notre budget initial de 300 à 310.000€. Avec l’aide de notre architecte nous avons supprimé certaines pièces et ré agencé d’autres … Au final notre projet de maison est passé de 180 à 154m² ce qui est tout à fait honorable pour une famille de quatre personnes”. Moins d’espace donc, mais pas de regret pour la famille Rieffel qui emménagera dans sa maison passive dès juillet et prévoit de passer l’hiver alsacien avec un seul petit radiant et deux sèches serviettes en guise de chauffage.

Un projet à envisager avec les bons professionnels.

La maison passive: exemple modèle de construction écologiqueQue ce soit pour alléger ses factures énergétiques ou posséder une maison plus écologique, construire une maison passive est dans tous les cas un projet prenant, en témoigne l’importante communauté de blogs de particuliers relatant leur expérience de construction. Chose primordiale à savoir si l’aventure vous tente: ce type de projet ne doit se concrétiser qu’accompagné de professionnels compétents. Entourez-vous d’architectes versés dans l’approche bioclimatique, d’entreprises du bâtiment ou d’artisans spécialisés dans les méthodes de construction “basse consommation”.
En France peu de maisons passives ont été bâties pour l’instant, mais l’impulsion des réglementations thermiques à venir avec pour objectif de construire tous les bâtiment neuf dans le respect de la norme “Basse Consommation” d’ici 2012 et de réduire de 40% les émission de gaz d’ici 2020, poussent de de plus en plus de particuliers à s’intéresser à cette méthode de construction intelligente et écologique.

L.G

Poster un commentaire

Javascript doit être activé dans votre navigateur pour pouvoir ajouter des commentaires.

Vous êtes un professionnel

Opportunités de chantiers à saisir !

Être rappelé pour en profiter

Articles récents


Demandez un crédit travaux
Les champs avec un * sont obligatoires.

Inscription Newsletter

Professionnels du bâtiment

Nous avons des opportunités de chantiers pour vous !

Remplissez rapidement votre carnet de commandes avec des chantiers qui vous rapportent !

En savoir plus

scroll