Accueil > Travaux > Climatisation > Puits canadien : des économies d’énergie venues du sol

Puits canadien : des économies d’énergie venues du sol

Le puits canadien, aussi appelé puits français au Québec et puits provençal dans le Sud de la France, est un système de circulation de l’air extérieur maintenu à une température constante après un passage dans plusieurs dizaines de mètres de canalisations souterraines. Un procédé qui permet de rafraîchir une pièce en été et d’en augmenter la température en hiver.

Puits canadien : des économies d’énergie venues du solDécouverte de ce système qui permet de réaliser de notables économies d’énergie pour le chauffage et/ou la climatisation et limite ainsi les rejets de CO².

“Le principe de base du puits canadien”, explique Didier Vergez, artisan électricien sensibilisé aux énergies renouvelables et installé à Caussens (32), “reste un collecteur géothermique destiné à faire une ventilation dans la maison”. La température à deux mètres de profondeur se stabilise de manière constante entre 17° et 19° selon la saison. Il s’agit donc d’utiliser de manière passive l’énergie géothermique.

C’est le principe de la cave, quand on creuse une cave, on obtient, à une certaine profondeur, une température régulée. Pour profiter de cette particularité dans le domaine du chauffage, il suffit d’enterrer une canalisation à la profondeur idoine et d’y faire circuler de l’air puisé à l’extérieur sur une longueur suffisante pour qu’il ressorte, dans la maison à cette température régulée.

“En été, l’air extérieur très chaud se rafraîchit en profondeur dans le sol et ressort plus frais dans la maison ; l’hiver, on assiste au processus inverse, l’air glacial se réchauffera avant de rentrer plus chaud que l’air extérieur”, détaille Didier Vergez. La différence de température constatée à une profondeur d’environ deux mètres est de 8 à 9 degrés ; ainsi en été si le thermomètre affiche 28°, l’air distribué par le puits canadien sera ramené autour de 20°.

Puits canadien : des économies d’énergie venues du solCe puits, qui permet d’utiliser la fraîcheur relative du sol pour tempérer l’air entrant dans la maison, déjà connu des Romains et au Moyen-Age, est en train de retrouver ses lettres de noblesse. “C’est dans le sud de la France, région qu’il n’a jamais quitté, en Bretagne où les habitants possèdent une solide fibre écologique et dans l’Est que le puits canadien est le plus souvent installé”, assure Sébastien Chanard, le directeur de la société Eole Aéraulite, qui commercialise, sur tout le territoire, un kit ‘puits canadien’ mis en place par des installateurs spécialisés ou quelques particuliers particulièrement bricoleurs.

Pour ce spécialiste qui vend, chaque semaine, de 3 à 5 de ces kits à 4/5.000 euros l’unité, les principaux avantages de ce procédé astucieux restent :

  • la faible consommation électrique (sensible modification de la température d’une pièce pour 150 à 200 watts),
  • l’amélioration de la qualité d’air qui rentre filtré ;
  • la très bonne hygrométrie ;
  • la sensation de fraîcheur semblable à celle qui règne dans les églises ;
  • la mise hors gel naturelle de votre habitation.

Il rappelle que “pour se mettre en conformité avec la loi qui, depuis la dernière canicule, les oblige à prévoir, dans leurs locaux, une pièce rafraîchie, les responsables des maisons de retraite équipent leurs nouveaux locaux de puits canadiens ; une attitude également adoptée par de nombreuses crèches”.

Comment ça marche?

Puits canadien : des économies d’énergie venues du solLe secret du puits canadien ; “un tube de polypropylène alimentaire (qu’il faut toujours préférer aux divers types de PVC qui peuvent émettre des émanations de gaz divers et variés qui altéreraient la qualité de l’air diffusé dans l’habitation) d’un diamètre de 150 à 200mm”, détaille Jean Louis Demachy, responsable de l’antenne de Pamiers du bureau d’études Cap Soleil.

C’est dans cette canalisation souterraine, d’une longueur (qui peut varier de 30 à 50 mètres) enterrée à deux mètres de profondeur, qu’est aspiré (grâce à un système qui le pompe et le filtre), puis, rafraîchi en été et réchauffé en hiver, l’air extérieur.

Le kit comprend également :

  • une partie siphon indispensable, installée au point bas du dispositif, qui permet d’évacuer la condensation produite naturellement par le refroidissement de l’air qui pénètre dans la canalisation (la vapeur d’eau contenue dans l’air se condense lorsque l’on baisse la température) ;
  • des accessoires qui permettent la traversée des murs ;
  • un système by-pass, double flux, qui permet de relier le puits canadien à la VMC existante, mais aussi de pouvoir, à certaines périodes, le désolidariser de cette installation. A l’intersaison, il peut en effet être plus intéressant de prendre directement l’air extérieur sans passer par le puits canadien. C’est à cet instant qu’entre en action le relais by-pass commandé par une sonde thermique extérieure.

“Aspirer l’air par la VMC, au lieu de le prélever directement de l’extérieur (par les bouches d’aération des fenêtres), permet de réaliser une économie de chauffage significative. On peut néanmoins se servir du puits canadien sans utiliser la VMC, mais le système sera moins efficace”, assure M. Demachy.

Puits canadien : des économies d’énergie venues du solLes trois spécialistes consultés sont unanimes : vu la longueur de la tranchée nécessaire à l’implantation d’un puits canadien, il est préférable de l’inclure dès la construction de la maison ; on pourra ainsi utiliser les tranchées utilisées par les servitudes (mises en place des canalisations gaz et électricité).

En rénovation, il est toujours possible, mais plus long et fastidieux, d’installer ce puits. Il faut en effet, ajouter aux indispensables travaux de terrassement, le percement des murs, l’installation du tuyau qui doit rentrer dans la maison et, en général, remonter jusqu’aux combles et le branchement à la VMC.

Un chantier d’installation durera, après le percement de la tranchée selon les indications de longueur et de pente préconisées, une petite semaine et il vous en coûtera de 3.500 à plus de 8.000 euros (un prix qui ne comprend pas la facture de l’indispensable terrassement) selon la sophistication du système choisi. “On est loin des quelques centaines d’euros annoncés par certains bricoleurs ‘Géotrouvetout’ qui auraient installé un puits canadien. Pour ce prix là, vous n’aurez pas les mêmes matériaux, de plus la fiabilité et le caractère sain du système reste à prouver”, prévient Didier Vergez.

Lui-même se montre rassurant quant aux éventuels dangers du radon, ce gaz radioactif présent en plus ou moins grande quantité, selon les régions, dans le sol français : “Il peut exister un souci lorsqu’il y a stagnation dans un circuit enterré où on ne fait pas circuler l’air. Mais à partir du moment où l’installation dispose d’un système de ventilation qui fonctionne en permanence, il n’y a vraiment aucun souci”.

Puits canadien : des économies d’énergie venues du solSi le nombre des installateurs de puits canadiens augmente régulièrement, il n’est pas facile de les trouver tant il peut s’agir d’électriciens, de chauffagistes ou d’autres artisans. Pour entrer en contact avec un de ces spécialistes, rapprochez vous d’un architecte qui devrait pouvoir vous mettre en relation avec un de ces hommes de l’art, ou encore en tapant ‘puits canadien’ sur un moteur de recherche, vous trouverez immanquablement un fabricant ou un distributeur de kit qui vous mettra en relation avec un installateur proche de votre domicile.

A noter enfin que des artisans dotés d’un savoir-faire immémorial sont capables d’installer un puits canadien en terre cuite, comme le faisaient déjà les Romains.

Commentaires

1


  • alexandreleclerq Publié le

    C’est très intéressant. Je suis en train de faire une rénovation au Québec dans une maison que je viens d’acheter et je ne savais même pas que cette technologie existait

  • Poster un commentaire

    Javascript doit être activé dans votre navigateur pour pouvoir ajouter des commentaires.

    Vous êtes un professionnel

    Opportunités de chantiers à saisir !

    Être rappelé pour en profiter

    Articles récents


    Demandez un crédit travaux
    Les champs avec un * sont obligatoires.

    Inscription Newsletter

    Professionnels du bâtiment

    Nous avons des opportunités de chantiers pour vous !

    Remplissez rapidement votre carnet de commandes avec des chantiers qui vous rapportent !

    En savoir plus

    scroll