Accueil > Déco > Carrelage > Qui pour bien poser de la faïence ?

Qui pour bien poser de la faïence ?

Au moment de changer les sols et les murs de la cuisine et de la salle de bains, le choix se porte souvent vers la faïence. Cette superbe céramique réclame un soin particulier pour la pose ; une opération qu’il faut, sauf si vous êtes un vrai pro du bricolage, confier à un spécialiste. Détails d’un chantier qui doit être réussi du premier coup.

Qui pour bien poser  de la faïence ?La faïence est une sorte de poterie tendre et poreuse à base d’argile recouverte d’une glaçure (émail) à base d’étain ou de plomb qui lui donne son inimitable aspect. Les décors sont ajoutés après une pré cuisson dite à grand feu ou à petit feu, avant la cuisson finale. A noter une variante anglaise, la faïence fine, soit une pâte blanche très fine recouverte d’un vernis transparent.

Ce revêtement, originaire de Faenza (Italie), reste très indiqué pour les murs et parfois les sols des salles de bains et des cuisines, où ses qualités d’esthétisme, de durabilité et de facilité d’entretien font merveille.

Si le chantier apparaît simple en apparence, en réalité, poser de la faïence ne s’improvise pas. En premier lieu, il faut d’abord vérifier les conditions de faisabilité du chantier. “On doit toujours se rendre sur place pour connaître le support sur lequel doit s’effectuer la pose”, confirme Patrick Babaste, artisan carreleur installé au Faget (31). En rénovation, si les murs le permettent, il faut ainsi enlever le revêtement existant et préparer le support. Pas question pour autant de procéder ainsi s’il s’agit de placoplâtre que l’on risque d’arracher, détériorant ainsi le fond qui doit être en parfait état ; il faut alors poser la faïence sur l’existant. Pour les constructions neuves, le carreleur pose directement sur le plâtre ou la brique sachant que, par exemple, il faut attendre 21 jours de séchage avant de poser un carrelage sur une chape neuve en béton sinon le béton ressue l’humidité, des fissures se forment et le carrelage est à refaire.

Quelques précautions s’imposent ; ainsi la pose de faïence sur des carreaux de plâtre non hydrofugés peut s’avérer problématique, le mur absorbant l’eau de la colle qui sèche alors trop vite. De façon générale, et pour éviter ce phénomène, il est fortement conseillé d’utiliser une couche primaire pour support poreux ou de mettre une sous couche de peinture. Autre astuce payante : faire tremper les carreaux de faïence dans l’eau avant de les poser pour éviter un séchage trop rapide de la colle. Bref, le recours à l’homme de l’art s’impose.

Si la faïence se pose sans problème sur les murs, il est impératif d’employer des carreaux spécialement conçus pour le sol, et encore puisque Patrick Babaste la proscrit, l’estimant à son goût trop fragile. Il recommande dans ce cas des carrelages classiques plus adaptés.

Pour réussir la pose d’une faïence murale, le démarrage est capital. S’il y a un lavabo, on démarre le carreau entier sur le lavabo, sinon le départ s’effectue, toujours carreau entier, au niveau du sol ou de la plinthe.

On trouve sur le marché (magasins spécialisés dans le sanitaire ou les matériaux de construction, grandes surfaces de bricolage) des faïences de toutes dimensions : de la mosaïque de 2x2cm au carreau qui peut aller jusqu’à 60x120cm. Même large palette côté prix qui s’échelonnent de 20 à 150 euros le m².

A qui s’adresser ?

Si l’on considère qu’il faut poser entre 3 et 5 m² de faïence dans une cuisine moyenne, et une vingtaine de m² dans une salle de bains, on atteint, avec le seul prix des matériaux, un budget confortable hors pose. Mieux vaut donc – permettez-nous d’insister – s’assurer les services d’un professionnel compétent car on ne s’aperçoit que les matériaux sont mal posés qu’après l’achèvement des travaux.

Comment reconnaître le bon spécialiste ?

“Choisissez de préférence un artisan carreleur qui a déjà posé de la faïence. De manière générale, évitez les entreprises de bâtiment, ou certaines sociétés multiservices, qui connaissent très bien la maçonnerie, mais nettement moins bien le carrelage et n’hésitent pourtant pas à s’y lancer sans en connaître toutes les spécificités. Une réserve qui tombe si ces sociétés comptent effectivement, dans leur effectif, un carreleur confirmé. Il m’est arrivé, à plusieurs reprises, d’avoir à reprendre l’ensemble du travail effectué par de tels prestataires chez quelques-uns de mes clients”, prévient Patrick Babaste. Lequel conseille par ailleurs de “demander toujours, avant d’accepter son devis, à voir des réalisations effectuées par l’homme de l’art que vous sollicitez ; un prestataire sérieux ne prendra pas ombrage de cette ultime vérification, qui constitue la meilleure preuve de son professionnalisme”.

Le chantier de la cuisine type de notre exemple (3 à 5 m²) sera terminé dans la journée, à partir du moment où le fond est propre ou a été préalablement préparé. Pour la salle de bains (15 à 20m²) comptez entre 2 à 3 jours. Des délais qu’il faut souvent allonger de 24 heures, avant la mise en eau, nombre de professionnels préférant venir faire les joints le lendemain “pour laisser la colle sécher et permettre au carreau de prendre sa place définitive”.

Côté facture de pose, prévoyez un budget de l’ordre de 30 à 45 euros/m².

Lire également nos articles ‘Les techniques de pose du carrelage‘ et ‘Bien choisir son carreleur‘.

Poster un commentaire

Javascript doit être activé dans votre navigateur pour pouvoir ajouter des commentaires.

Articles récents


Demandez un crédit travaux

Professionnels du bâtiment

Boostez vos affaires !

Avec nos solutions Boost Box, développez efficacement votre présence sur Internet pour accélérer votre activité commerciale et signer de nouveaux chantiers.

En savoir plus

scroll